Matmatah met de nouveau le feu sur scène


Le retour de Matmatah par Victor Hache. Après neuf ans d’absence, le groupe fait son retour avec Plates Coutures. Un album rock à l’énergie communicative prometteur d’une tournée très chaude !

matmatah1

Matmatah repart sur les routes et sera à la Cigale Paris 18e les 16 et 17 mai.

C’est comme si l’histoire ne s’était jamais arrêtée. Dix ans après l’annonce de leur séparation en 2007, suivie par une grande tournée d’adieu, les membres de Matmatah reprennent la route et reviennent avec Plates Coutures (La Ouache Production). Un album aux ambiances celto-rock anglo-saxonnes qui scelle le nouveau départ du groupe emmené par Tristan Nihouarn. Une nouvelle aventure avec l’arrivée du guitariste Emmanuel Baroux, qui a longtemps joué avec Aston Villa ou Axel Bauer, en remplacement de Sammy, parti depuis que la formation bretonne a tiré sa révérence après treize ans d’existence. Est-ce que la scène leur manquait ? « Personnellement, pas trop. On a tellement bouffé de concerts qu’il était temps de vivre des choses “normales”, confie Tristan. Pendant treize ans, on a eu une vie de patachon. On s’est marré, mais on a aussi raté des choses. Donc on a profité de ces années d’absence pour avoir une vie normale, une vie de famille. J’étais content de faire autre chose. » Reste que l’envie de refaire de la musique ne les a jamais vraiment quittés. En 2015 est née l’idée de sortir un coffret Antaology marquant les vingt ans de la création de Matmatah, qui a repris le chemin des studios afin d’enregistrer des morceaux inachevés qu’il souhaitait voir figurer dans la compilation. L’idée d’une reformation du groupe a ainsi fait son chemin et les automatismes sont revenus au fil des sessions de répétitions, avec pour corollaire le désir de remonter sur scène armés de nouvelles chansons aujourd’hui gravées dans Plates Coutures. Un disque fidèle au son des guitares rock de Matmatah, renforcées de sonorités parfois plus synthétiques, numériques : « C’est à la fois le socle et une nouvelle palette due à l’arrivée de Manu », explique Tristan. Manu, pour qui l’idée de « faire quelque chose de similaire n’avait pas tellement d’intérêt. Je ne me suis posé aucune question et, à force de baigner dans le groupe, d’écouter, je me suis désinhibé et j’ai envoyé la balle dans tous les sens ».

Des concerts de folieAvec la Ouache, son premier album (1998), Matmatah allait définitivement s’inscrire dans le paysage musical et faire danser toute une génération sur des tubes aux influences celtiques tels Lambé an dro, Emma ou l’Apologie. Suivirent Rebelote, Archie Kramer ou encore la Cerise. Quatre albums qui ont conduit le groupe à se produire dans les plus grands festivals, des Vieilles Charrues à la Fête de l’Huma en 1999, devant des foules chauffées à blanc. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, le succès est de nouveau au rendez-vous pour Matmatah, qui vient de vivre plusieurs concerts de folie en Bretagne, à Brest, dans la salle Vauban notamment, où le public était particulièrement heureux de ces retrouvailles, ou encore à l’Olympia jeudi, qui s’est transformé en fournaise. Un Retour à la normale (l’un des titres forts de l’album) marqué par des morceaux efficaces qui mettent le feu sur scène.
À l’image de Nous y sommes, où le groupe invite à une danse macabre « sur notre fin de civilisation », Marée haute sur la corruption et « l’addiction des hommes politiques aux pouvoirs », Overcom, qui dénonce la surinformation et la dictature de l’immédiat des médias, ou encore Petite Frappe, évoquant l’horreur de la destruction de Palmyre. Un registre concerné mais aussi festif à l’énergie communicative. Matmatah, qui promet ne pas « être revenu pour faire un feu de paille ». De quoi rassurer ses fans.

Gérard Depardieu au cœur de la poésie de Barbara


depardieu1
Gérard Depardieu chante Barbara accompagné de Gérard Daguerre, pianiste de la chanteuse disparue.

Gérard Depardieu chante Barbara par Victor Hache.  Au Théâtre des Bouffes du Nord jusqu’à samedi, l’acteur se fait chanteur et rend hommage à la chanteuse, à l’occasion des vingt ans de sa disparition.

Combien d’artistes se sont essayés à faire revivre la poésie de Barbara sans y parvenir ? Au Théâtre des Bouffes du Nord, Gérard Depardieu, lui, a choisi de cheminer sur le fil de son univers, sans chercher à l’imiter, et c’est une réussite. Il dit ses textes, les chante, fragile, caressant ou puissant, à l’affût du sens du mot, à la manière de l’immense comédien qu’il est. À la fois chanteur et acteur, il parvient ainsi à s’approprier les chansons de Barbara qu’il vit littéralement aux côtés de Gérard Daguerre, pianiste de la chanteuse qui l’accompagna jusqu’à sa disparition, en 1997. Entre les deux Gérard la complicité est totale, l’instrumentiste s’adaptant au gré de l’humeur de Depardieu. Un voyage où il est tout en retenue ou au contraire éructant, soufflant. Juste et émouvant dans l’interprétation à fleur de peau qu’il offre du répertoire de la Dame en noir, il est cet ogre faisant résonner chaque nuance de la poésie mélancolique de Barbara, avec qui il créa la pièce musicale Lily Passion au Zénith de Paris en 1986.
Depardieu chante Barbara sur scène et sur disque (Because music) cœur à nu. On le croit bourru, il est ici tout en sensibilité, posant un regard plein de tendresse sur celle qui pensait que tout dans la vie « n’est que question d’amour ». Il habite ses textes dont on redécouvre la force, la modernité et le désespoir. Des chansons qui prennent une tout autre dimension, porteuses d’une souffrance moins dramatique dans la bouche de Depardieu, qui n’a sans doute jamais été aussi féminin.
De l’Île aux mimosas à Göttingen, Ma plus belle histoire d’amour, Nantes, Dis, quand reviendras-tu ? ou l’Aigle noir… il fait mouche. Un hommage bouleversant à celle qui disait « chanter c’est mon poison et ma médecine ».
depardieubarbara
Théâtre des Bouffes du Nord, Paris 10e, jusqu’au 18 février : 01 46 07 34 50.

Guérie de ses blessures, Nina Morato renaît à la vie


nina
«/À l’époque de ma chanson Maman, j’étais folle, cinglée ! » photo Gilles-Marie Zimmermann Agence Angela DeBona

Nina Morato  renaît à la vie par Victor Hache. Après dix-sept ans d’absence marqués par le décès de sa fille Julia, la chanteuse du tube Maman fait son grand retour avec un album élégant et émouvant où elle se livre corps et âme.

Il fallait attendre pour parler de cet album sorti cet automne, que nous ne voulions pas traiter dans un coin de page. Aujourd’hui, il est temps de donner la parole à Nina Morato, que la vie n’a pas épargnée, qui revient avec un disque élégant et sensible réalisé avec la complicité de Christophe Van Huffel (coréalisateur du sublime album de Christophe les Vestiges du chaos).

La chanteuse n’avait rien fait depuis son dernier album, Moderato (1999), paru il y a dix-sept ans. Pourquoi une aussi longue absence ? « Il y a eu une très grosse tempête dans ma vie, un tsunami énorme, un naufrage où on ne voit plus rien. » Nina Morato évoque la disparition de sa première fille, Julia, décédée dans sa baignoire à l’âge de 12 ans, en 1997 : « Elle est morte la veille d’une émission que j’enregistrais avec Jean-Louis Foulquier pour un concert, une fête qui m’était consacrée. J’ai chanté quand même. Quand on perd un être cher et qu’on doit faire face, on libère un certain nombre d’endomorphines, des trucs, qui donnent une force incroyable. »

Julia avait un père, David Christie, auteur de chansons pour Grace Jones ou Gloria Gaynor et du tube disco Saddle Up : « J’ai demandé aux médecins de faire une autopsie, confie-t-elle, et j’ai appris que Julia avait avalé une dose de somnifères très importante, somnifères que prenait son père, ce que j’ignorais. David avoua plus tard qu’il avait donné ces médicaments à Julia qui souffrait d’une oreille. » Comment est-ce arrivé ? « Cela reste un mystère. » Trois mois plus tard, le père s’est suicidé. Une période très douloureuse pour l’interprète de Maman, tube extrait de son premier album, Je suis la mieux, qui lui a valu une Victoire de la musique en 1994, année où on la vit chanter Je suis un vrai garçon façon Mylène Farmer au concours de l’Eurovision où elle termina septième : « Les enfants nous font des cadeaux quand ils arrivent dans nos vies. Finalement, aussi absurde que cela puisse paraître, quand ils partent, de pratiquer le chagrin, cela permet aussi une renaissance. Elle m’a fait un cadeau, je l’en remercie. »

Il lui a fallu trouver la force pour revenir. Elle est aujourd’hui plus solaire avec de nouveau l’envie de sourire à la vie. Elle a pratiqué des arts martiaux afin de rester « combative », fait du cinéma et on l’a vu jouer au théâtre, endossant des rôles qui lui ont permis de « se mettre au service d’autres histoires que la sienne. C’est fantastique, ça demande beaucoup de rigueur et d’humilité ». Mais jamais elle n’a pensé abandonner la musique sans laquelle « Je meurs ! sourit-elle, chanter, c’est comme respirer. » Quand les premiers mots du titre Si tu savais sont arrivés, elle a tout de suite senti, avec cet album, qu’elle partait pour une belle aventure musicale.
nina2
Où l’on retrouve son style mêlant variétés (Hollywood) et rock (Fleur de ma ville, reprise de Téléphone) : « Je suis faite de tout ça », observe-t-elle. Un registre marqué par la voix légèrement cassée au phrasé sensuel de la chanteuse qui s’est entourée de Bruno Maman (réalisateur de son premier disque), Matthieu Chedid avec qui elle chante Ah non, non, non et Jim Yamouridis en duo avec elle sur Fais-moi un signe. Nina parle d’amour, de l’absence de sa fille à demi-mot dans Que du feu ou Tout se dire, de désillusion et de maltraitance sur Fanfaron. Treize chansons parfois teintées de flamenco où elle se livre « corps et âme ». Un répertoire à son image, émouvant et inclassable : « Je me sens libre. À l’époque de ma chanson Maman, j’étais folle, cinglée ! Depuis que j’ai guéri mes blessures, je suis plus dans la maîtrise. »

Les bonnes vibrations de Talisco


talisco
Jérôme Amandi, leader de Talisco partout en France à l’occasion d’une grande tournée. Yann Orhan

Talisco, album Capitol Vision par Victor Hache. Trois ans après Run, le groupe sort Capitol Vision. Un album électro-rock lumineux inspiré d’un récent voyage à Los Angeles.

 

Jérôme Amandi, plus connu sous son nom de scène Talisco, est originaire de Bordeaux. Passé par le conservatoire, il a d’abord été dans la communication avant de se lancer dans la musique, qu’il pratique depuis son adolescence. N’écoutant que son instinct, il a voulu mettre ses projets professionnels en stand-by pour tenter l’aventure et laisser parler sa passion pour la musique. En 2013, il s’est fait remarquer avec le single Your Wish, extrait de son premier EP, My Home, paru sous le label indépendant Roy Music.Depuis, les choses se sont enchaînées pour le leader de Talisco, qui a commencé à connaître le succès public avec Run, son premier album (2014), avec lequel il n’a pas arrêté de tourner dans les plus grands festivals, évoquant déjà le désir d’un nouveau départ pour découvrir le monde. Une démarche qu’il concrétise aujourd’hui avec la sortie de Capitol Vision, un disque imaginé comme la bande-son d’un récent voyage à Los Angeles, qui a changé son regard sur son approche de la musique : « C’est un album plus brut que le précédent, analyse-t-il, car je raconte des histoires que j’ai réellement vécues. Il n’y a pas de fantasme, de personnage de fiction, de faux Talisco, c’est ma réalité. » Celle d’un artiste qui, du haut des collines de Mulholland Drive, a observé les lumières de la cité des anges. Il en rapporte des ambiances électro-rock puissantes, entêtantes et sensibles, conçues comme une fresque sonore, traduisant la modernité d’une ville dense, inquiétante et séduisante à qui il dédie le morceau d’ouverture : A Kiss From L. A.
S’affranchissant du cliché du rêve américain désormais passablement écorné depuis l’élection de Trump, il s’est laissé gagner par ses impressions urbaines, aujourd’hui gravées dans une musique lumineuse aux thèmes parfois mélancoliques, comme dans le morceau Sitting With the Braves, aux influences plus sombres.Onze morceaux en tout (Before the Dawn, Stay Before The Picture Fades, The Martian Man, Behind the River, The Race…), aux sons triturés mêlant transe psyché, riffs de guitares rock et nappes de synthés. Un univers plus radical aux mélodies hypnotiques et dansantes qui ne manquera pas de faire bouger les foules : « J’ai mis mes sons un peu plus à nu, explique Talisco, et utilisé beaucoup plus de samples que j’ai explosés dans tous les sens, bien plus que sur Run, pour un rendu plus frontal, plus animal. »Des morceaux composés en tournée ou dans son home studio à Paris, où il vit depuis quelques années, qui laissent place aux arrangements instrumentaux sur lesquels vient se greffer la voix aérienne de cet amoureux des grands espaces.
Une manière de voyager, de prendre de la hauteur pour mieux s’extraire d’un quotidien qu’il juge beaucoup trop terrestre (The Martian Man) : « Capitol Vision est né d’une volonté d’être entier, je n’avais pas envie d’être poli », sourit-il. Un style fédérateur qui met tout le monde d’accord, allant jusqu’à séduire une grande marque de téléphonie, qui ne s’est pas privée d’utiliser un de ses premiers succès, The Keys, dans une pub pour la télé. De quoi donner des ailes à Talisco, que l’on retrouvera en live partout en France à l’occasion d’une grande tournée qui le mènera notamment au Printemps de Bourges, le 21 avril, et à l’Élysée Montmartre à Paris, le 1er juin.Album Capitol Vision, label Roy Music.
Album Capitol Vision, label Roy Music. Tournée jusqu’au 8 juillet.