Arielle Dombasle, chanteuse céleste entre ciel et terre


AriellebyEra1L’Actrice-chanteuse, revient avec un album électro mystique réalisé avec Era où elle revisite les grands airs classiques de Bach, Gounod, Malher ou Purcell.
Arielle2

C’est un opus électro mystique inspiré par la prière. Un objet ovniesque qui se situe entre ciel et terre. Il n’y a décidément qu’Arielle Dombasle, divine créature à la poésie lunaire, pour inventer tout ça et s’aventurer dans une telle aventure musicale. Actrice et désormais chanteuse, elle a toujours aimé les airs célestes où s’envole sa voix de soprano dramatique. Le chant est une seconde nature chez elle, une véritable vocation après le cinéma, où elle trouve sa plénitude. Arielle Dombasle, depuis ses premiers albums «Liberta» ou «Extase» a toujours su conjuguer ambiances électro et musique classique. Gounod, Bach, Monteverdi, Gabriel Fauré ou Haendel n’ont plus de secret pour cette adoratrice du chant sacré qui n’a jamais hésité à marier les atmosphères technoïdes, comme pour mieux mettre en valeur l’incroyable modernité de partitions écrites il y a plusieurs siècles.

Qu’est-ce qui fait vibrer Arielle lorsqu’elle chante ? «J’ai l’impression d’une plénitude, d’une maîtrise nous avait-elle confié lors d’un précédent opus. Penser que l’on puisse arriver à interpréter une partition d’il y a 400 ans, en se mettant au diapason de l’artiste qui l’a écrite, en y apportant un timbre, une couleur contemporaine, une fantaisie, une émotion, est une idée extraordinaire».


Après «Glamour à mort» et «Diva latina», elle revient avec un nouvel album – le 8ème de sa carrière – baptisé «Arielle Dombasle by Era». Soit la rencontre musicale avec Eric Lévi, fondateur du groupe électro Era, dont le premier album en 1997, s’est vendu à 5 millions d’exemplaires dans le monde. Un disque où résonnent les prières et les chants inspirés de la mythologie médiévale qui revisite, de manière très moderne, les grands thèmes classiques, de Bach à Malher, Allegri, Purcell ou Barber. Un registre qui invite à prendre de la hauteur et où se mêlent l’eau et le feu, les airs religieux et les sonorités les plus audacieuses, entre cordes, chœurs, synthé et même riffs de guitares électriques! A l’image de l’Ave Maria de Gounod arrangé par Era sur un mode up tempo. Un univers romantique, spirituel et magique. Parfaitement dombaslien.

Album « Arielle Dombasle by Era » chez Mercury
http://www.arielle-dombasle.com/news/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s