Stromae, le coup de maître d’un chanteur « Formidable »


STromae1

Stromae3

Stromae2

Trois ans après Cheese et le tube Alors on danse, l’artiste belge revient avec Racine carrée. Un excellent album aux ambiances électro-hip-hop et world.

Il se l’était promis, Stromae ne serait pas l’artiste d’un seul single. Souvenez-vous, c’était il y a trois ans. La France s’enflammait sur Alors on danse, un énorme tube aux beats irrésistibles, extrait de son premier album, Cheese, dans lequel il chantait de manière assez pessimiste « Qui dit étude dit travail / Qui dit amour dit les gosses / Qui dit les gosses dit divorce. » Au printemps, il a remis ça avec Formidable. De nouveau, ce fut un coup de maître, à l’image du clip visionné plus de 19 millions de fois sur le Web, où il joue le rôle d’un homme ivre au milieu des passants sur une place de Bruxelles, après une rupture sentimentale. Là encore, de la mélancolie derrière les sonorités électro.


Stromae n’a jamais caché un côté parfois dépressif et sombre dans ses chansons qui puisent dans la réalité. Comme dans Te Quiero, de son précédent opus, ou Dodo, où il évoque la pédophilie ou les violences conjugales. Look d’enfant sage et sapes dandys de maestro du rap, il pose un regard souvent juste et touchant sur l’existence, accompagnant son style d’une touche d’humour.

Paul Van Haver, de son vrai nom, est né le 12 mars 1985 à Bruxelles, d’une mère belge et d’un père rwandais mort au cours du génocide, qu’il n’a pratiquement pas connu. Une absence dont il a souffert, qui lui a inspiré Papaoutai, titre dans lequel il s’interroge plus largement sur l’éducation et le rôle de père : « Tout le monde sait comment on fait des bébés / Mais personne ne sait comment on fait des papas », chante-t-il. Stromae ne juge pas, il fait juste part de son vécu de façon sensible et émouvante avec des mots simples : « Où t’es, papa, où t’es ? »

 


Des morceaux entêtants

Il revient aujourd’hui avec un deuxième album très réussi, Racine carrée – qu’il a tenu étrangement à sortir de manière décalée, mi-août – aux morceaux entêtants, qui touchent déjà toutes les générations. Les amateurs d’électro-hip-hop bien sûr, mais aussi les amoureux de chansons façon Brel, auquel il a souvent été comparé à cause de son accent traînant et de son interprétation très expressive.

Quelques titres parus cet été ont créé le buzz et assuré le succès de l’album vendu à 80 000 exemplaires dès la première semaine. Pas de quoi lui faire perdre son sang-froid : 
« C’est cool, mais ce ne serait pas la première fois qu’un album serait bien accueilli la première semaine et qu’il ne se passerait plus rien après. On ne sait pas comment ça va vieillir…» dit-il.

Stromae adore bricoler ses compositions chez lui, dans son grenier aménagé en home studio. Compositions dont il aime révéler le processus de création à travers d’amusantes séquences vidéo appelées « Leçons de Stromae » diffusées régulièrement sur Internet.


Aucune prétention ici. Rien que le plaisir de partager sa musique avec le plus grand nombre sur un mode ludique. Il lui suffit d’un mini-clavier et d’un ordinateur portable sur lequel il enregistre sa voix, quelques percussions ou ambiances technoïdes, et c’est parti pour la dance où se mêlent des paroles qui, l’air de rien, invitent à réfléchir. Tous les mêmes aborde le sujet de la lassitude dans le couple, Carmen celui des réseaux sociaux, Twitter en tête, Humains à l’eau, l’arrogance de l’Occident dans les rapports Nord/Sud, Moules Frites, le sida, ou Quand c’est ?, le cancer. Autant de thèmes sérieux qu’il évoque sans lourdeur ni pathos.

C’est tout l’art de ce magicien des mots dont la chanson garde un caractère léger et festif. Le tout agrémenté de sonorités désormais plus voyageuses, inspirées des musiques congolaises, du Cap-Vert, avec un bel hommage à la diva Cesaria Evora, et de ce qu’il appelle la trap music, mélange de hip-hop et de tempo tribal. En prime, la participation des rappeurs Orelsan et de Maître Gims sur AVF, où le chanteur envoie tout bouler, pointant une époque qu’il trouve souvent démago. Un album qu’il s’apprête maintenant à faire vivre sur scène au cours d’une tournée qui passera par le Trianon le 9 décembre et le Zénith de Paris le 10 avril.

Lire aussi: http://www.humanite.fr/23_06_2011-alors-danse-et-chante-avec-stromae-%C3%A0-solidays-474985

 

Album « Racine Carrée » Mercury/Universal.
Tournée à partir du 9 novembre (Nîme) dont Dijon le 14, Marseille le 15, Nancy le 21, Lyon le 23, Rouen le 29…

Publicités

2 réflexions au sujet de « Stromae, le coup de maître d’un chanteur « Formidable » »

    • Bonjour Stéphane,
      Stromae a effectivement un vrai talent qui bouscule les codes habituels de la chanson. Ses mots sont souvent justes, ses mélodies accrocheuses. Et un artiste intergénérationnel, c’est tellement rare!
      A bientôt.
      Victor

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s