Cali brûle la vie avec un album généreux


CaliCali – Le chanteur revient avec l’Âge d’or. Un disque solaire, teinté d’énergie et de
mélancolie, dans lequel il rappelle qu’il n’y a rien de plus précieux que l’existence.

Cali n’a jamais manqué d’énergie. Il le prouve depuis les débuts d’une carrière marquée par des concerts où il ne cesse de mouiller la chemise. Il revient avec l’Âge d’or, nouvel album du chanteur catalan qui nous rappelle qu’il n’y a rien de plus précieux que l’existence. À l’instar de la Vie, quoi, premier single d’un disque généreux et teinté d’optimisme, reflet du tempérament de Cali https://www.facebook.com/brunocali

: « Le mot “vie” est tellement beau ! confie-t-il. Cette chanson, venue spontanément, est comme une étincelle qui a allumé un feu. » L’Âge d’or, le titre de cet album empli de fougue et de mélancolie, fait écho à la célèbre chanson écrite en 1966 par Léo Ferré. Une manière d’hommage à celui qui reste un modèle pour lui : « Cette chanson que je reprends sur mon album me touche particulièrement car elle est d’un espoir absolu, alors que souvent Ferré va vers la tristesse et le côté sombre. » Un répertoire de quatorze chansons tournées vers l’avenir, avec un message que Cali souhaitait adresser aux enfants : « Une manière de leur dire que ce n’était pas mieux avant. À chaque instant de la vie, on peut fixer de beaux moments pour se construire des souvenirs importants. »

Un disque synonyme de tendresse, comme l’évoque la pochette où on le voit avec sa fille de neuf ans, Coco, qui donne son prénom à une chanson, ainsi que Poppée, son autre fille de deux ans : « C’est important de dire “je t’aime” à ses enfants, j’ai voulu graver ces moments. » Un registre voyageur qui nous emmène du côté d’Ostende, en Belgique, et des ambiances celto-rock dans le Grand Chemin, avec l’Écossais Jimme O’Neill, leader de The Silencers : « C’était un fantasme personnel que de lui proposer de chanter avec moi ! (rires). Quant à Ostende, il faut aller là-bas tellement la lumière est incroyable. » Un disque lumineux, chargé d’émotion, qui parle d’amour et de révolution à l’image du Cœur chargé comme un fusil (hommage à son grand-père résistant), de fraternité (Camarade) et de temps qui passe, Tout ce qui ne reviendra plus. Un registre plein de vie qui va lui permettre une fois encore de tout brûler sur scène.

Album l’Âge d’or, Sony-Columbia. Tournée à partir 
du 26 mars ; au Zénith de Paris, le 12 mai.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s