Aaron: « La nuit, on est connecté à l’autre »


Aaron1
Le duo formé par Simon Buret et Olivier Coursier sort We cut the night. Un album aux ambiances de clair-obscur, dont la pop hypnotique dessine des paysages nocturnes invitant à la rêverie.

Dans la bulle d’Aaron, il y a toutes sortes de rêves et de voyages nocturnes. We Cut the night, le nouvel album (Wagram Music/Cinq 7) du duo emmené par Simon Buret et OIivier Coursier, dessine des paysages hypnotiques qui nous renvoient à nos solitudes urbaines et aux désirs de s’échapper du réel pour des espaces où l’on pourrait se sentir libre. Aaron parvient ainsi à se renouveler en étant à l’origine d’une musique qui n’a de cesse de vouloir traverser les murs qui nous entourent : « Pour la pochette, on a travaillé sur l’idée du passe-muraille, confie Simon, avec cette notion de couper la nuit, le silence. Quel que soit l’état physique de chacun, la psyché est ailleurs. Nous somme reliés par des fils invisibles. »

« C’est un album 
très minéral pour nous »

We Cut the night évolue dans des tons de clair-obscur et de paysages lunaires. Un univers spatial où le sombre l’emporte sur la lumière. Simon et Olivier parviennent toutefois à échapper au spleen par la grâce d’une pop électro qui ne dédaigne par le dancefloor. Un registre dansant qui aide à traverser la nuit sur un mode relativement mélancolique. La nuit ? « C’est le moment où le masque social tombe, soulignent les membres d’Aaron. Il y a une magie dans la nuit que l’homme n’a toujours pas comprise. On se sent seul au monde et en même temps connecté à l’autre. Il y a une certaine heure où tout bascule et où les gens sont 100 % eux-mêmes. C’est comme si on était davantage disponible. »

Simon et Olivier parlent de renaissance, de lâcher prise, de place à trouver dans la masse et de mouvement à propos de leur troisième album : « On avait cette volonté, avec Olivier, qu’il y ait plusieurs niveaux de lecture, dit Simon. Que l’on puisse l’écouter soit très bas soit très fort pour danser, l’important, c’est qu’on puisse être rattrapé par le son. » Leur écriture cinématographique leur a valu de figurer au générique du film Je vais bien, ne t’en fais pas de Philippe Lioret, avec la chanson U-Turn (Lili) que le réalisateur du film avait sélectionnée pour la bande originale. Après les précédents opus, Artificial Animals Riding on Neverland et Birds in the Storm, Aaron poursuit sa route porté par cette philosophie qui veut que tout est « transformable », à commencer par nos propres sentiments. D’où sa volonté d’explorer une pop qui « se reconnecte à quelque chose qui appartient à celui qui écoute, à son centre ». Le risque était que tout cela paraisse trop cérébral, mais au final, c’est une notion d’espace que l’on ressent, mise en lumière par les deux musiciens dont les sculptures sonores s’inspirent du monde et de la nature : « C’est un album très minéral pour nous », soulignent-ils.

Quant aux musiques aux contours atmosphériques d’Olivier, elles s’accompagnent des textes de Simon qui font écho à ses lectures : « J’ai découvert des auteurs qui m’ont bouleversé comme Tomsas Tranströmer (poète écrivain suédois) ou Walt Whitman (poète américain) qui ramènent les émotions à des choses très terrestres. Cela m’a influencé dans mon écriture. À partir du moment où on comprend que l’on fait partie d’un tout, que la nature est là, on est connecté à ces choses-là. » Et à un univers qui nous emporte vers un imaginaire très poétique. À l’image des paroles de l’acteur John Malkovitch, devenu l’incarnation de We cut 
the Night pour les besoins du clip du titre Blouson noir : « Parce que le monde ne nous appartient pas/ Parce que nous sommes des poèmes sur les trottoirs / Parce que nous ne sommes rien/Nous sommes égaux/ Nous sommes des 
miroirs/Nous déchiquetons la nuit. »

 

Album We Cut the night  (Wagram Music/Cinq 7)

 

https://www.facebook.com/AaRONofficial

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s