Gérard Pont : «Les Francofolies rassemblent plus que jamais les gens autour de la chanson»


Francos1Les Francofolies fêtent leur 30ème anniversaire. Le festival a-t-il fondamentalement changé depuis sa création en 1985?

Gérard Pont : Je trouve que les Francofolies n’ont pas tellement changé en fait. Elles sont toujours entre les tours de La Rochelle, à Saint-Jean d’Acre et plus que jamais elles rassemblent les gens autour de la chanson. On va faire une année probablement historique en matière de fréquentation. Les têtes d’affiche s’appellent Higelin, Sheller, Lavilliers, et on a aussi Stromae, Casseurs Flowters, Shaka Ponk et beaucoup d’autres. Jean-Louis Foulquier aimait dire que «les ghettos c’est une affaire de spécialistes». On reste autour des mêmes valeurs d’un festival de qualité, rock n’roll, familial.

Est-ce évident de se renouveler après 30 ans d’existence?

Gérard Pont : Il y a d’abord la chanson qui se renouvelle. On a 42 jeunes talents qui vont faire leurs premières Francos cette année. Mais on respecte aussi le patrimoine, l’histoire. Je suis ravi d’avoir des gens aussi différents que Nilda Fernandez, Jean-Louis Murat, Charlélie Couture ou Michel Jonasz. Le festival, c’est ce mélange-là. On s’est beaucoup renouvelé dans l’accueil du public. Parce que quand Foulquier a commencé dans les années 1985/86, il y avait peu de festivals en France, la concurrence était moins dure et le public moins exigeant. On essaie d’avoir un son de qualité, de belles lumières, des créations originales. On s’est battu pour des tarifs SNCF, des prix de places accessibles à tous. La soirée d’ouverture est à 5 euros, il y aura plus de 30 artistes ! Je voulais ainsi qu’à l’occasion des 30 ans des Francos, on remercie la fidélité renouvelée du public. Un festival n’est rien sans son public.

francos2

Vous avez imaginé un spectacle d’ouverture «La nuit des copains ». Comment va se dérouler cette soirée anniversaire des Francofolies et hommage à Jean-Louis Foulquier?

Gérard Pont : C’est une soirée anniversaire qu’on a voulu baptiser «Les copains d’abord» parce que ça reflète bien l’esprit de Foulquier qui était entouré d’une bande de potes. C’était un artiste. Il avait avec ces derniers une relation de copain, de famille. Quand on regarde les archives, on s’aperçoit qu’Higelin pouvait venir trois ou quatre années de suite, il a même joué deux fois consécutives à Saint-Jean d’Acre ! Je trouvais que c’était bien d’avoir non seulement sa famille musicale, Véronique Sanson, Thiéfaine, Higelin, Lavilliers, Souchon, Voulzy, tous ces artistes qu’il a accompagnés, portés et aussi la jeune génération qui voulait être là, même si ils l’ont moins connu. Je pense à Zaz, Julien Doré, Christophe Willem et à la génération intermédiaire, Yannick Noah, Jean-Louis Aubert, Miossec etc… La soirée va débuter par un concert de Bernard Lavilliers. Ensuite il y aura un concert de Jacques Higelin qui a invité des artistes comme Camille, Miossec, Kent et d’autres. Vers 22 heures quand la lumière du jour sera tombée, aura lieu un grand concert de 2h30 où 30 artistes chanteront 30 chansons liées à l’histoire des 30 ans des Francofolies. Il y aura aussi quelques duos, trios, chorales et la soirée sera présentée par Omar Sy. Pendant les changements, on projettera les grands moments d’archives des trente dernières années des Francos.

franco 4

Francos3

Quels sont les autres moments forts ?

Gérard Pont : La création de Julien Doré qui va reprendre l’album d’Etienne Daho «La Notte, la Notte». Dick Annegarn va fêter ses 40 ans de carrière. C’est vraiment un artiste hors du commun et pour moi, c’est d’autant plus touchant que c’est le premier concert que j’ai jamais organisé de ma vie en 1977 ! Il va y avoir Miossec qui fêtera ses vingt ans de carrière. Pour moi c’est aussi touchant parce qu’il est de Brest (comme Gérard Pont NDLR !), qu’il a travaillé à Morgane (Société de productions audiovisuelles dirigée par Gérard Pont). La reformation des Innocents, le concert de William Sheller, ça va être également des moments forts.

Qu’est-ce qu’il ne faudra pas manquer côté «découvertes» ?

Gérard Pont : Il y en a plein comme Jabberwocky, Natalia Doco, Klô Pelgag, Christine and the Queens…



Après dix ans à la tête du festival, quel est votre plus beau souvenir ?

Gérard Pont : La première année, ça été une grande émotion. Ça me paraissait énorme de succéder à Foulquier. Je me souviens avoir pleuré comme une madeleine quand le festival était terminé et que ça avait été un succès. Artistiquement, le concert d’Alain Bashung (2008) restera pour moi un des moments les plus chargés en émotion. Saint-Jean d’Acre était une cathédrale ce soir-là, avec une densité dans l’air absolument incroyable.

Francofolies de la Rochelle, du 10 au 14 juillet. http://www.francofolies.fr/

(1) Concert « Les copains d’abord », à partir de 18 heures, 10 juillet scène Saint-Jean d’Acre

Une nouvelle histoire pour les Francofolies

Après dix ans à la tête des Francofolies Gérard Pont va se retirer se retirer des ses fonctions de directeur artistique du festival «Je vais prendre de la hauteur !» : «Je reste capitaine, mais je ne serai plus à la manœuvre» nous explique ce Breton originaire de Brest. Il restera président du festival et devrait annoncer la nomination de son successeur à la direction artistique lors de la conférence bilan du festival : «Je pense que c’est bien de faire cette dernière édition-là dans le plus de sérénité».

C’est une nouvelle histoire qui va commencer pour les Francofolies fondées en 1985 par Jean-Louis Foulquier, dont il a pris la succession en 2004 : «J’avais la figure tutélaire au-dessus de moi, je ne pouvais pas faire mieux que Foulquier!» sourit Gérard dont l’action, au début, a souvent été comparée à celle du créateur des Francos. Ravi d’avoir «continué l’œuvre de Foulquier», Pont est heureux d’avoir avec l’équipe actuelle des Francos, soutenu et repéré des artistes comme Christine and The Queens, Rover, François and the Atlas Montains, L, Zaz, Merlot, Lisa Portelli : «Depuis dix ans, tous les artistes qui sont passés au Chantier des Francos, vivent de leur travail, sont devenus des professionnels. Je suis heureux qu’on les ait aidés à prendre leur envol et à lancer leur carrière». V.H

Publicités