Disquaire Day, la grande fête du vinyle

En passant


Disquaireday2013Ce samedi a lieu la troisième édition de la fête des disquaires indépendants avec plus de deux cents participants partout en France. 

Et si le disque vinyle redevenait la valeur phare de la musique enregistrée? Oubliée pendant des années, la galette noire au format 33 tours est de nouveau tendance et reprend sa place dans les bacs. Avec le passage du vinyle au CD, la culture de la dématérialisation de la musique s’est installée. L’industrie du disque a mis l’accent sur le CD en optant pour une diffusion dans la grande distribution au détriment des petits disquaires. Résultat, des dizaines d’entre eux ont fermé boutique au désespoir des amateurs de musique qui ne considèrent pas le disque comme un objet de consommation voué au seul critère du marché.

« Redonner de la valeur au disque »

Disquairesday2

Partant de ce constat, le Calif (Club action des labels indépendants français), avec le soutien du ministère de la Culture, s’est donné pour mission de soutenir le réseau des disquaires indépendants. Créé sur le modèle du Record Store Day initié aux États-Unis en 2007, le Disquaire Day organise, depuis deux ans, une journée unique dédiée à la célébration des disquaires ainsi qu’aux labels et artistes liés à l’événement.

Ce samedi, plus de deux cents boutiques, partout en France, en Belgique et en Suisse, participeront à la troisième édition de ce qui est devenu l’événement musical incontournable du printemps, la plus grande fête de la musique enregistrée qui réunit la filière et le public : « On a envie de se retrouver et de faire la fête, explique David Godevais, directeur du Calif. Le public qui avait déserté l’industrie musicale en allant sur Internet, on le retrouve aujourd’hui en train d’acheter des vinyles. Entre 70 et 80 % de gens qui participent à l’événement ont entre 18 et 33 ans. Avec le Disquaire Day, on redonne de la valeur au disque. C’est enthousiasmant dans cette période où on a plutôt tendance à dire “bienvenue à bord du Titanic”. »

Pour Jack White, ancien membre des White Stripes, parrain de l’édition 2013, par ailleurs patron du label et magasin de disques Third Man Records à Nashville, se rendre chez un disquaire est une manière de changer son « point de vue sur le monde, les autres, l’art » : « Il y a de la beauté et du romantisme dans l’acte de se rendre chez un disquaire et de découvrir quelque chose de nouveau. » Les amateurs de vinyles pourront ainsi découvrir des inédits de David Bowie, Ed Banger, Metronomy, Mylène Farmer, Benjamin Biolay, Eiffel, IAM, Jean-Louis Murat, Lescop et de nombreux autres .

Les mêmes disques au supermarché

« L’intérêt du Disquaire Day est quDisquaires3’il a modernisé quelque chose qui paraissait désuet, à savoir le petit disquaire de ville », dit Emmanuel de Buretel, patron du label indépendant Because Music : « Les grandes surfaces vendent toutes le même disque aujourd’hui. Le disquaire a un rôle important. Il ne vendra pas l’album de Céline Dion, mais peut-être les premiers disques des Rita Mitsouko qui sont plus difficiles à trouver. » Une fête de la musique et du vinyle qui s’achèvera par des concerts à Marseille, Lyon, Toulouse, Amiens et Paris, à la Gaîté lyrique, où se produiront Alex Beaupin, Girls in Hawaii, Lily Wood & The Prick, Christine & The Queens, Wax Tailor et Rubin Steiner.