Le festival Art Rock, le monde des robots et la Guerre des étoiles


Artrock1

ArtRock4

Par Victor Hache. À Saint-Brieuc, le festival Art rock a envoyé du lourd et de l’original ce week-end. Avec une programmation pluridisciplinaire où se sont croisés heavy metal, 
Alice Cooper, pop-rock des Anglais Foals ou chorégraphie robotique de Blanca Li, comme nous l’explique Jean-Michel Boisnet, son directeur.
 
Art Rock est un festival pluridisciplinaire qui mêle musique, théâtre, danse, arts visuels… Faut-il voir un point commun aux différentes disciplines que vous proposez ?
 
Jean-Michel Boinet Disons que c’est une appréciation subjective de ce qu’est l’art rock. La recherche d’une énergie particulière auprès des artistes d’aujourd’hui même si elle relève de plusieurs disciplines, de la musique, du théâtre, de la danse ou des arts plastiques. C’est la destinée du festival de mettre en lumière cet art propre au moment où nous sommes.
 
Comment le public vit-il cette effervescence artistique ?

Jean-Michel Boinet Le public d’Art Rock est curieux de tout voir et de découvrir des choses qu’on ne retrouve pas ailleurs. Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de festivals qui aient pu proposer des artistes comme Björk, Miles Davis, Public Ennemy, Andy Warhol, Philippe Decouflé ou Royal Deluxe. Aujourd’hui, il paraît évident qu’Andy Warhol fait partie de la culture pop. Mais en 1987, quand on a fait son exposition au musée, ce n’était pas si évident. Il venait de mourir, n’avait pas la notoriété qu’il a eue par la suite, autrement, je n’aurais jamais pu avoir accès aux œuvres. Tout cela donne une ligne de conduite au festival qui fait que l’aventure perdure.


ArtRockA
Vous célébrez la thématique des robots. D’où 
vient l’idée de façonner une programmation à mi-chemin entre révolution industrielle et science-fiction ?

Jean-Michel Boinet Art Rock a été reconnu pour ses cartes blanches à Agnès B, au label Tôt ou tard, à Olivier Assayas, etc. Là, nous voulions explorer un thème particulier au travers d’United Robots. Cela correspond bien à ce qu’est ce festival transgenre, qui s’adresse à tous les publics. Quoi de mieux que les robots pour essayer justement de proposer cet esprit d’ouverture ? Qui n’est pas fasciné par le robot RD-D2 ou l’androïde C-3PO de la Guerre des étoiles ? Dans le monde de la science-fiction et de la robotique, le rêve vient de l’invention des artistes par des gestes plastiques. D’un autre côté, on a l’évolution réelle du monde qui fait que des chercheurs partent dans des applications qui ne sont pas sans ressembler à ce qu’ont pu inventer des artistes. C’est un mélange d’univers que je trouve intéressant.


ArtRock6

ArtRock5

Artrock7
Parlez-nous du spectacle de danse Robot !, 
de Blanca Li…

Jean-Michel Boinet Blanca Li est une chorégraphe qui était venue il y a longtemps à Art Rock. Elle n’avait pas encore créé sa compagnie et était la magistrale actrice principale de la Fura Dels Baus, un des grands spectacles qu’on a accueillis ici. J’ai vu Robots ! qu’elle a monté à Montpellier Danse, un spectacle très inventif, avec une orchestration faite par les robots du Japonais Maywa Denki. C’est une interprétation musicale très particulière, et pourtant, elle a réussi à en faire un spectacle grand public.


ArtrockB
Côté musique, vous proposez des concerts 
originaux, comme celui du robotique et futuriste groupe de métal allemand
Compressorhead.

Jean-Michel Boinet Ça, c’est vraiment l’illustration d’United Robots à travers la musique. C’est un groupe de métal venu de Berlin qui se produira pour la première fois en France. Les trois musiciens ont la particularité d’être des robots et de peser à eux tous 6 tonnes ! Le guitariste a 78 doigts, le batteur a 4 bras et le bassiste a une tête bien abrutie ! (rires). Ils vont jouer les étendards du hard rock occidental, du Motörhead, Pantera, AC/DC, les Ramones. Il y a une relation incroyable qui s’installe entre ces robots seuls sur scène qui vont interpréter ces musiques. C’est vraiment original.


ArtRock2
Il y a aussi la présence d’une figure du hard 
rock aux shows délirants, Alice Cooper !

Jean-Michel Boinet  C’est une opportunité formidable d’inviter Alice Cooper qui est en tournée en Europe. Il est lui aussi à la démesure du festival. C’est une rock star qui a l’esprit décalé comme peu l’avoir Art Rock, à l’image de la pièce de théâtre de la troupe les Chiens de Navarre, le spectacle le plus déjanté que j’ai vu cette année. Alice Cooper vient avec un spectacle vraiment magique et magnifique. C’est un des plus grands artistes au niveau scénique à l’heure actuelle, quelqu’un qui sait faire !

Un programme très robotique. La 31e édition d’Art Rock 
va vivre au rythme 
des mélanges artistiques :
Expo. United Robots 
de droïdes, robots et machines de Star Wars, Terminator ou Metropolis avec films et jouets mythiques qui ont marqué l’histoire du cinéma. Musique. Avec Alice Cooper, Foals, Temples, Plaza Francia, M, Gaëtan Roussel, Gesaffelstein, Compressorhead, Findlay, Cascadeur, Benjamin Clementine, Melanie 
de Biaso… 
Danse. Robot ! création 
de Blanca Li. 
Théâtre. Une raclette 
par la troupe les Chiens 
de Navarre, Rockn’Toques : mix de musique 
et de street food…

 






Publicités