HK & les Saltimbanks : « Il faut réhabiliter le mot utopie ! »


HK1Le chanteur de l’emblématique chanson de lutte « On lâche rien ! » sort le beau et engagé « Rallumeurs d’étoiles ». Un album fédérateur qui invite 
au réveil des consciences dans « une époque sombre propice aux obscurantismes de toutes formes », dixit HK.

Vous chantez : « Je veux sentir nos âmes sur la même longueur d’onde » en ouverture de votre album. N’est-ce pas un peu utopique que de croire en l’idée de fraternité aujourd’hui ?

HK Cet album, ce n’est que de l’utopie. Il faut réhabiliter ce mot. Pourquoi vouloir « rallumer les étoiles » ? Parce que c’est une époque sombre, propice aux obscurantismes de toutes sortes. On l’a vu avec les événements dramatiques en début d’année, mais on le voit aussi quotidiennement quand on allume la télé, entre xénophobie, fondamentalisme et société de l’hyperconsommation. Cela pose la question de comment on fait pour rallumer une étoile au-dessus de nous. C’est une utopie folle mais en même temps, la constellation d’étoiles qu’on appelle de nos vœux, c’est la somme de toutes ces petites choses que font ces anonymes chaque jour par un acte, une parole, un engagement. Cela peut être quelqu’un qui a un sourire contagieux, des ondes positives ou bien quelqu’un qui a créé une association de solidarité pour les migrants, les droits de l’homme. Tous ces gens qui n’occupent pas l’espace médiatique mais réalisent des actes concrets, plein de sens et qui croient encore en l’humanité.

Mais comment aller vers les champs du possible dans une société où le sentiment de solidarité est tellement malmené ?

HK Aujourd’hui, on nous interdit de penser, de rêver. Notre imagination, notre création est déclarée comme inutile. On nous demande juste de consommer, d’obéir, d’avancer sur cette route. Donc, si on peut essayer de libérer sa créativité, c’est beaucoup. Le slogan de 1968 que j’ai fait mien et qui m’a accompagné tout au long de l’écriture de cet album, c’est : « L’action ne doit pas être une réaction, mais une création ». Cela me parle parce que si on continue à être en réaction au quotidien qui nous tire vers le bas et uniquement dans le commentaire du commentaire, on se laisse prendre au jeu. On est sur un terrain qui n’est pas le nôtre. Par contre, si on arrive à se libérer pour créer et prendre un chemin de traverse, c’est penser et déjà voir les choses différemment. Rien qu’avec cette vision, on change d’une certaine manière les règles du jeu. Dans la première chanson, je dis : « Saurons-nous nous reconnaître / Saurons-nous nous reconnecter ? ». On est nombreux à penser cela. C’est peut-être là qu’elle se trouve l’utopie, dans ce pari fou d’arriver à se reconnecter et à se mettre ensemble du même côté de la balance pour la faire pencher dans le bon sens.

D’où la chanson Sans haine, sans arme et sans violence, où vous évoquez la société de consommation et vous dites : « Nos vies n’ont plus aucun sens depuis que nos rêves sont indexés sur le prix de l’essence » .

HK Je parle de cette société du « temps de cerveau disponible ». On n’est plus des citoyens mais des consommateurs. On nous vend de l’illusion à longueur de pages publicitaires et nos rêves sont devenus des choses futiles comme posséder une grosse voiture, une maison. C’est cette société de l’avoir, du paraître et non la société de l’être. En plus, nos gouvernants se sont trouvés une nouvelle religion, une secte avec comme gourou la sacro-sainte croissance. Tout ce qu’on a, il faut le sacrifier pour elle parce que sans elle, nous ne sommes rien, nous ne vivons pas. Et il faudrait sacrifier nos droits, nos libertés, nos acquis sociaux au nom de la croissance. On est devenus des chiffres, des statistiques.

Que pensez-vous de la politique menée par la gauche gouvernementale ?

Hk C’est un gouvernement qui a fait allégeance aux grandes puissances de l’argent, aux grands lobbies. On parle de République matin, midi et soir. La République c’est le bien commun, la chose commune. Mais là on vit sous la loi des intérêts privés, des lobbies qui ont le numéro de portable du président. On a élu un président de gauche, il a fait la guerre, vendu des Rafale et réduit les budgets de l’éducation et de la culture. Si c’est ça être de gauche !

HK2

Vous dites d’ailleurs, dans Para cuando la vida, « Il serait temps qu’on se réveille / C’est pour quand la relève ? »

HK Mon propos dans cette chanson n’est pas que politique. Mais c’est sûr que la classe politique est à changer, à renouveler. Il y a une sorte de consanguinité. Fabius, Hollande, Sarkozy… c’est toujours les mêmes têtes ! C’est un renouvellement de système qu’il faut. Est-on encore en République ? C’est une vraie question. Il faut qu’il y ait un débat public là-dessus.

Que traduit, selon-vous, la montée des extrêmes ?

HK Je ne veux pas dire que ça été orchestré mais quand on voit Éric Zemmour invité sur tous les plateaux télé, chroniqueur dans de nombreux médias, déverser sa soupe depuis cinq ou dix ans… Quand on voit Alain Finkielkraut, qui est un de ces croisés des temps modernes, fait chevalier ou académicien… On nous dit que Houellebecq est un auteur de talent, je veux bien, mais c’est surtout un idéologue de l’extrême. Il ne faut pas s’étonner quand Marine Le Pen est invitée sur tous les plateaux, qu’on nous dit qu’elle est fréquentable, quand tous ces gens-là inondent l’espace médiatique, vers où voulez-vous que la société aille ? C’est à ce niveau-là qu’il faut contrebalancer. Nous, en tant que musiciens, nous avons un public, ça marche plutôt bien, mais on n’arrive jamais à faire connaître notre musique dans les médias où on n’est jamais invité. C’est étrange. Quand on est issu des quartiers, que l’on fait de la musique qui fait un peu réfléchir, qui remet en cause cette société, ça dérange. C’est pourquoi je fais partie des gens qui se battent pour retrouver une société de citoyens, de gens qui ont le projet d’avancer ensemble.

En tout cas, il y a beaucoup de gens qui se retrouvent dans votre musique et le titre On lâche rien !. Comment expliquez le succès de cette chanson qui est devenue un emblème des luttes dans les manifestations ?

HK C’est un vrai bonheur que les gens la vivent ainsi. Quand on écrit des chansons, que la musique est une passion, le rêve c’est de composer quelque chose qui entre en résonnance avec une société, une époque. Je me rappelle d’un concert à Montréal où on a fini par On lâche rien !. Les gens la connaissaient et l’ont tous repris en chœur. On s’est aperçu, bien que l’on était à des milliers de kilomètres de la France, qu’elle avait le même effet que quand on la chante à la Fête de l’Huma. Ça donne le frisson. C’est une vraie fierté et un phénomène qui nous dépasse. Dans le premier album, il y avait On lâche rien !, dans le deuxième Indignez-vous ! en hommage à Stéphane Hessel, dans le troisième Sans haine, sans arme et sans violence ou Para cuando la vida qui ont une résonnance particulière. Dans notre prochaine tournée, on va jouer tout ça dans une espèce de conscience joyeuse. Car on n’en reste pas au constat amer d’une société qui ne va pas. Il ne faut jamais oublier de vibrer et de se demander « qu’est-ce qu’on fait pour que les choses bougent ? ». Et prendre conscience qu’on n’est pas seul. C’est à la fois de la révolte et de l’utopie.

Album Rallumeurs d’étoiles, chez Blue Line/Pias. Tournée jusqu’au 17 septembre.

Publicités