Alice booste Ibrahim Maalouf et Oxmo Puccino


Ibrahim Maalouf et Oxmo Puccino (c)Denis Rouvre (sdp)
Le rappeur Oxmo Puccino et le trompettiste Ibrahim Maalouf signent l’exquis répertoire d’ »Au pays d’Alice »

Ibrahim Maalouf et Oxmo Puccino – Le trompettiste et le rappeur font œuvre commune. Ils revisitent « les Aventures d’Alice au pays des merveilles » à travers un album poétique et inventif mêlant opéra, jazz, hip-hop et chœurs.

Voilà un album que seuls deux artistes rêveurs pouvaient imaginer. Comment définir l’identité sonore d’Au pays d’Alice, l’œuvre commune d’Ibrahim Maalouf et Oxmo Puccino ? S’agit-il d’un opéra contemporain, d’un songe littéraire au croisement du rap, du jazz, du slam, du rock, de la musique classique ou orientale ? La fresque musicale signée par le trompettiste de jazz et le poète rappeur témoigne de la liberté artistique de deux complices pour qui la musique est un fantastique vecteur de rêverie : « Un texte, tant qu’il n’a pas trouvé son bateau, son moyen de transport, il reste cloisonné sur une feuille, confie Oxmo 
Pucccino. Quelquefois, il fait avec la musique qu’il trouve. Tandis que, là, ça a été du sur-mesure. Ça donne quelque chose de cohérent, sans aspérité. »

À l’origine de cette aventure originale, il y a la commande en 2011 du Festival d’Île-de-France et de son directeur, Olivier Delsalle, à Ibrahim Maalouf, d’une partition sur le thème du merveilleux. De quoi enflammer l’imagination du musicien, aussitôt séduit par l’idée d’une création dont l’intrigue est directement inspirée des Aventures d’Alice au pays des merveilles, le célèbre roman écrit en 1865 par Lewis Carroll. Une histoire revisitée au travers de douze textes aux accents hip-hop correspondant aux douze chapitres du livre.

Entre le magicien des mots qu’est Oxmo et le militant de l’improvisation et de la musique libre Ibrahim Maalouf, s’est peu à peu dessiné un monde sans frontières musicales où chacun a pu libérer sa créativité. « J’avais lu le livre de Lewis Carroll étant jeune, dit Ibrahim. Je l’ai relu en diagonale pour ne pas être trop attaché à l’univers original. Je voulais surtout laisser Oxmo se balader et chambouler tout à sa sauce. Il a retravaillé complètement l’histoire, on est presque ailleurs. » On y retrouve les personnages du livre, Alice bien sûr, le lapin blanc, la reine de cœur, le chapelier fou… Un jardin des merveilles qui a boosté la plume du rappeur, lequel a poussé le côté psychédélique de l’histoire : « J’ai trouvé le texte totalement intemporel. Quand on le replace dans le contexte de l’époque, on se dit que Lewis Carroll a usé d’une liberté que peu de personnes ont comprise. L’audace, c’est ce qui m’a le plus frappé. » Au surréalisme teinté d’absurde et de bizarre est venu s’ajouter le regard de deux artistes qui ont apporté une touche actuelle au texte de l’écrivain anglais, pour mieux l’adapter au temps présent : « Le texte sur lequel on a travaillé, souligne Ibrahim Maalouf, est l’archétype même d’une œuvre – on le sent – qui a été complètement improvisée sur un flow continu. Une manière de sortir des histoires et d’inventer des situations qui est très présente dans l’écriture d’Oxmo. C’est quelque chose qu’on retrouve aussi dans ma manière d’écrire et de penser la musique. Je milite beaucoup pour l’improvisation. »

Une inventivité qui traverse l’exquis répertoire d’Au pays d’Alice que les deux artistes s’apprêtent à faire vivre sur scène. Au moment de la création à l’Académie Fratellini à Saint-Denis, ils étaient entourés d’une chorale de 130 chanteurs. À la Philharmonie de Paris, ils présenteront en février un spectacle musical particulièrement mis en valeur où ils seront accompagnés d’un grand orchestre, du groupe jazz-rock d’Ibrahim, ainsi que du chœur d’enfants de la Maîtrise de Radio France dans sa formation complète. Soit plus de cent personnes sur scène pour un concert qui s’annonce grandiose !

Album Au pays d’Alice, chez Mister Productions/Harmonia Mundi. Concerts à la Philharmonie de Paris du 5 au 8 février. philharmoniedeparis.fr

Publicités