Pierre-Dominique Burgaud « Le Soldat Rose 2, c’est un peu un éloge de la différence »


SoldatroseA
SoldatRoseB
SoldatRoseC

Rencontre avec Pierre-Dominique Burgaud, auteur du Soldat Rose. Un joli conte musical pour enfants dont le deuxième volet a été composé par Francis Cabrel, à écouter en disque et à découvrir au Trianon à Paris, en février.

Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire la suite du Soldat Rose ?

Pierre-Dominique Burgaud. Dans le Soldat Rose 1, on avait créé un ton, des personnages que j’avais envie de faire vivre. Pour le 1, on ne savait pas que cela allait être un succès car on l’avait fait de façon vraiment artisanale. On a un ton enfantin, poétique, naïf, plein de bons sentiments revendiqués et des personnages que les gens ont aimés. Je voulais une suite qui ne soit pas une resucée, un peu comme un Harry Potter 1, 2, 3, que ce soit un autre épisode aussi bien que le premier. Mon angoisse était de gâcher le truc.

Ce ne doit pas être facile de se glisser dans l’imaginaire des enfants ?

Pierre-Dominique Burgaud. Je n’essaie pas de faire ça. J’essaie juste d’écrire une histoire qui me plaît en me disant que, si c’est bien fait, les enfants entreront dedans. L’idée que le Soldat Rose change de couleur et devienne bleu est venue très vite avant même de penser au 2. Les chansons abordent des thèmes comme la notion de bonheur, de malheur, l’amour, la couleur, la différence. Dans cette histoire qui, au début, se déroule dans un grand magasin de jouets, et se poursuit aujourd’hui dans un orphelinat, le personnage se sent mal parce qu’il n’est pas vendu, et une fois qu’il est comme les autres, il se rend compte qu’il n’a plus aucun intérêt. C’est un peu un éloge de la différence en filigrane de l’intrigue, même s’il n’y a pas la volonté d’écrire une morale.

Après Louis Chedid qui 
avait écrit les musiques 
du Soldat Rose 1, vous 
avez fait appel à Francis Cabrel pour les compositions du deuxième volet. 
Pourquoi ce choix ?

Pierre-Dominique Burgaud. Je l’ai rencontré à Astaffort. J’avais écrit la suite. Je pensais qu’il dirait non. J’aime sa poésie, son côté populaire. Il jouait dans le Soldat Rose 1. Il fait partie des gens qui l’ont porté, assumé. Sa chanson le Gardien de nuit est celle qui a été la plus diffusée. Il l’a d’ailleurs mise dans sa compilation. Ça l’excitait de travailler sur le projet. Il y a de nouveaux personnages, une nouvelle histoire, on a donc renouvelé le casting des interprètes. Francis Cabrel est entouré de sa famille musicale. Il y a Thomas Dutronc et 
Nolwenn Leroy avec les chansons le Blues du rose et Bleu, et on a des interprètes peut-être moins attendus, tels Camélia Jordana, Élodie Frégé, Gad Elmaleh, Oldelaf, Helena Noguerra, des associations auxquelles on ne s’attendait pas, avec également les voix de Tété, Renan Luce, Ours, Pierre Souchon, Laurent Voulzy, Francis Cabrel. Quant à Isabelle Nanty, elle est la conteuse et elle fait le lien avec l’imaginaire enfantin. C’est la colonne vertébrale. Dans le Soldat Rose 1, Catherine Jacob était une voix plus neutre volontairement et là, pour le 2, c’est une voix avec des dialogues, pour essayer de rendre vivante l’histoire.

 Album le Soldat Rose 2 
chez BMG-Sony music.

Spectacle le 5 février au Trianon, 
80, boulevard de Rochechouart, 
Paris 18e. Tel.  : 01 44 92 78 00.