Midem: Asaf Avidan, la voix de feu d’un ovni pop-rock


Asaf

Après s’être révélé avec le groupe Mojos, le chanteur sort un premier album solo à l’univers hypnotique Different Pulses

C’est quelque chose qui vient de loin. Une voix étrange et féminine, une voix de feu à la  Janis Joplin qui vous transperce. Dès les premières notes de Different Pulses, le nouvel album d’Asaf Avidan, on est littéralement scotché, comme hypnotisé par l’étrangeté et l’intensité de son univers  pop-rock électro à la fois dansant et habité d’une certaine mélancolie. Asaf Avidan ne chantait pas avant 2006.  Il a pris conscience de sa voix tardivement vers  l’âge de vingt ans au moment d’une rupture amoureuse : « Je faisais des études de cinéma  et j’étais amoureux d’une femme avec laquelle je vivais confie-t-il. Les six derniers mois de notre relation ont été vraiment durs, déchirants. Un soir, j’ai pris ma guitare car j’avais besoin d’exprimer ce que je ressentais, comme une espèce d’exorcisme, pour faire face aux problèmes que j’avais avec ma compagne ».

Coupe  à l’iroquois, le chanteur israélien s’est d’abord fait connaître avec le groupe Mojos avec lequel il a beaucoup tourné et sorti trois albums.  Cinq ans plus tard et des concerts donnés  partout dans le monde, Asaf Avidan et les Mojos ont ressenti une certaine lassitude et ont décidé de se séparer afin de retrouver, chacun de son côté une veine créative. Nous avions découvert  Asaf et son groupe au 22, une scène laboratoire du Printemps de Bourges, où ils avaient fait sensation en 2011 à la suite de la sortie de l’album  Poor boy, lucky man  : « c’est le jour où nous avions décider de nous séparer avec les Mojos, se souvient Asaf. Jouer avec des musiciens pratiquement tous les jours,  c’est une vraie aventure humaine.  C’était plus que de la musique, on a tellement tourné, vécu ensemble pendant cinq ans de manière intensive…».

Aujourd’hui Asaf s’est lancé en solo porté par l’envie d’explorer d’autres sonorités: « je voulais perturber les genres » sourit-il.  Ainsi est né Different Pulses un opus dont le titre pourrait faire écho aux rythmes  et au mouvement du monde. Une pulsation originale qui témoigne du désir du  chanteur-guitariste de réinventer sa musique. Son nouvel album est le fruit d’un travail commun avec Tamir Muskat avec lequel il signe les arrangements et joue de la plupart des instruments hormis la clarinette et la trompette pour lesquelles il a fait appel à des intervenants : Tamir et Asaf  ont « essayé d’aller le plus loin possible » dans la recherche d’un son propre à eux. Une musique qui a quelque chose d’unique parcouru par le fil conducteur de « l’amour et la mort », thèmes récurrents chez Asaf Avidan.

Son univers est assez inclassable, rehaussé de mélodies envoûtantes sur lesquelles vient se poser la voix incroyable d’Asaf qui ne se « considère ni comme  un chanteur, ni comme un guitariste ». Il se voit «comme un personnage de scène. Je suis moins dans le souci de la performance technique que dans tout ce qui est bon à prendre, les feelings, les instruments qui permettent de créer l’émotion». Véritable Ovni de la chanson-rock, il a déjà de nombreux fans en France où il songe s’installer prochainement, notamment à Paris où il se sent « très relax , presque comme à la maison».

V.H.

Album Different Pulses chez Polydor.

Tournée à partir du 26 janvier (Midem esplanade du Palais des festivals, Cannes) dont Olympia Paris le 9 avril.

images