Slow Joe, crooner de rue indien à la vie rock’n’roll très destroy


slow_joe
Le groupe The Ginger Accident a imaginé un paysage sonore étonnant, avec quelques « crooneries » portées par la voix cabossée de Slow Joe

Slow Joe – Trois ans après »Sunny Side Up », le chanteur vagabond originaire de Goa revient avec « Lost For Love ». Un album aux originales ambiances 
rock-indies, composé avec la complicité de l’inventif groupe lyonnais The Ginger Accident emmené par le guitariste Cédric de la Chapelle.

Àquoi tient l’amitié ? Au hasard sans doute, à quelques atomes crochus sûrement. Le reste appartient au mystère de la vie. On fait route ensemble parce que l’on regarde dans la même direction. Dans le cas du chanteur indien Slow Joe et du guitariste Cédric de la Chapelle, c’est l’histoire d’une rencontre. C’était à Goa, en Inde, en 2007, où le musicien lyonnais décide de faire un voyage pour y trouver l’inspiration. C’est là qu’il fait la connaissance de Slow Joe, alors âgé de soixante-quatre ans, qui vit de petits boulots et de quelques roupies. La musique va les réunir quand Slow Joe, séduit par le jeu de guitare inventif de Cédric, se met à chanter à ses côtés. Cédric découvre alors la voix incroyable de Joe, marquée par l’empreinte d’une existence difficile souvent passée à vivre dans la rue.

une vie de poète vagabond,
de Delhi à l’île de Chorao

On sait peu de chose sur cet ancien toxicomane, Joseph Manuel Da Rocha, de son vrai nom, sinon qu’il est né en mars 1943 à Bombay. Il a longtemps mené une vie 
de poète vagabond, allant où ses pas 
le guidaient, de Delhi à l’île de Chorao, sur la côte de Goa.

S’il a survécu à tout, à la drogue comme à l’alcool, c’est sûrement grâce à sa façon particulière de s’en remettre à sa bonne étoile, avec cette volonté de rester libre, toujours en marge de la société. « Une philosophie qui résume tout ce qu’est Joe, confie Cédric de la Chapelle, cette liberté 
qu’il questionne de manière viscérale. » Les choses auraient pu en rester là s’ils n’avaient choisi de poursuivre l’expérience en se lançant dans une aventure musicale commune. Joe prend un billet d’avion pour la France et s’installe à Lyon où vit Cédric, lequel compose un répertoire sur mesure pour Joe avec la complicité d’Alexis Morel Journel (basse), Josselin Varengo (batterie) et Denis Troufleau (claviers), musiciens du groupe The Ginger Accident, créé pour l’occasion, dont le crooner de rue de Goa deviendra le leader.

La suite, ce sera un concert remarqué aux Transmusicales en 2009 et surtout un excellent premier album, Sunny Side Up, aux sonorités inclassables, mêlant rockabilly, R’n’B et pop-rock psyché. Un registre décalé aux accents Bollywood destroy qui amènera Slow Joe et The Ginger Accident à se produire sur de nombreuses scènes. Un peu partout en France, mais aussi à l’étranger. Ils reviennent avec le disque Lost For Love, dont les contours autobiographiques font écho au parcours marginal et solitaire du chanteur indien. En témoigne le titre No Caramel Custards qui, pour Joe, est une manière de dire que la vie ne fait pas de cadeau : « Elle n’offre jamais de 
dessert ni de crème caramel », sourit-il.

Pour Cédric, le titre générique de l’album renvoie à l’idée de quête et de perte : « C’est comme un combattant qui se bat pour l’amour et se perd par amour. C’est un peu un truc de junkie, que rechercher un plaisir immédiat à travers la drogue, on s’y perd fatalement. » Slow Joe, qui signe la plupart des textes, ne livre pas un album sombre pour autant. Voir le lumineux morceau d’ouverture You don’t have to tell me, où il rappelle qu’il ne faut jamais se laisser dicter ses choix, chantant : « Faut pas venir me dire ce que j’ai à faire. » « Ce n’est pas juste moi qui pense ça, précise-t-il. Je voulais écrire sur l’idée d’oppression, d’autorité et à partir de quel moment quelqu’un décide de ce qu’on doit faire ou non. » Un état d’esprit sans concession qu’apprécie Cédric : « Ce que j’aime chez Joe, c’est qu’il n’attend de reconnaissance de personne. Il a une vraie force de caractère. C’est quelqu’un qui s’abandonne complètement et à l’intérieur de cet abandon, il sait ce qu’il veut. »

Pour Lost For Love, les membres de The Ginger Accident ont imaginé un paysage sonore très varié. On a délaissé les références garage-punk et rockabilly façon Elvis Presley (héros de Slow Joe) du précédent opus, pour des atmosphères où se croisent morceaux bluesy, cordes indies, tonalités presque orientales. Il y a aussi quelques « crooneries » où la voix cabossée de Slow Joe fait merveille, tel Cover Me Over, reprise du premier album, ici en duo magnifique avec la chanteuse franco-israélienne Yael Naim. Un mix aussi unique qu’original où Slow Joe ne triche pas et donne tout ce qu’il a. À découvrir sur scène où son charisme naturel emmène les gens très loin. Pour 
le plus insolite des voyages.

Album Lost For Love, chez Tôt ou Tard.
 En tournée jusqu’au 20 mars.