Succès des Francos Gourmandes. Pluie d’étoiles pour la musique


ZAZFrancosGourmandes2013

La deuxième édition des Francos Gourmandes s’est achevée dimanche 9 juin  par un grand concert de Zaz. Tirant un premier bilan du festival musical et gastronomique de Tournus, les organisateurs ont annoncé la présence de 20 000 festivaliers (contre 15 000 l’an dernier) et 10 000 menus ont été servis en trois jours. Un beau succès pour les Francos Gourmandes qui se sont déroulées sous le soleil et quelques ondées (le samedi soir) sans que cela ne vienne gâcher la fête pour autant. Côté programmation musicale, l’édition 2013 a été marquée par l’annulation pour raison de santé du concert de Jacques Higelin, remplacé au pied levé par le chanteur dijonnais Yves Jamait.

Ci-dessous mon article sur l’a deuxième édition des Francos Gourmandes paru dans l’Humanité du 7 juin.

http://www.humanite.fr/culture/pluie-d-etoiles-pour-la-musique-543300
FrancosGourmandes2

Vingt-sept artistes sont attendus aux Francos gourmandes de Tournus, premier festival musical et gastronomique.

Tournus est aux anges. La ville de Saône-et-Loire compte en effet deux nouveaux chefs étoilés au guide Michelin, portant à quatre le nombre de restaurants étoilés de cette commune de 6 000 habitants. Une pluie d’étoiles et une reconnaissance du savoir-faire gastronomique de la région qui réjouissent les organisateurs des Francos gourmandes, qui se déroulent ici depuis l’an dernier. Être le festival du « bien manger et du bien écouter », telle est l’ambition de cette manifestation, première du genre à célébrer musique et gastronomie.

FrancosGourmandes3
Le concept, qui réunit en un même lieu deux passions culturelles bien françaises, a été lancé avec prudence en juin dernier, par l’équipe du festival qui ne savait pas comment le public allait réagir. 15 000 spectateurs ont répondu présent. Un succès qui a décidé les organisateurs à valider l’idée du mariage entre la musique et la bonne chère : « Dans les festivals, on reste en vase clos, entre groupes d’amis, confie Kevin Douvillez, directeur de la manifestation, ancien programmateur artistique des Francofolies de La Rochelle. Ici, on partage autour de la musique, de la cuisine et du vin. Sur la base d’une programmation musicale, on va à la rencontre de l’autre, des producteurs locaux, des cuisiniers. » Un événement hors format qui change des festivals auxquels on est habitués.

Les Francos gourmandes revêtent un caractère local, mais, avec plus de 20 000 festivaliers attendus cette année, elles veulent devenir une étape culturelle nationale 
incontournable : « On compte sur le bouche-à-oreille, assure leur directeur. Les gens sont en recherche d’originalité, d’expériences et de sensations nouvelles. » Le festival pourrait bénéficier d’un apport de public de pays voisins friands de culture hexagonale : « On note un grand intérêt de la part d’agences de tourisme allemandes ou suisses, ainsi que des médias belges qui souhaitent couvrir le festival. Il ne faut pas oublier que des artistes comme Zaz ou Babylon Circus cartonnent en Allemagne, où on adore la chanson française. » Parrainée par le chef Christophe Michalak, la deuxième édition des Francos gourmandes se déroulera dès ce soir, sur trois jours au lieu de deux, et on a réfléchi à une programmation « évolutive » qui puisse satisfaire tous les publics.

Vingt-sept artistes sont programmés sur deux scènes en plein air, non loin desquelles on trouvera une scène réservée aux shows culinaires. Sont annoncés : Danakil, Keny Arkana, Orelsan, Wax Tailor, Saule, Jacques Higelin, Jimmy Cliff, Tryo, Sanseverino, Tété ou Zaz. Quant à la programmation culinaire, elle aura lieu à l’allée des Chefs, où l’on composera son menu auprès de neuf grands chefs, tandis qu’à la Halle en folie, on goûtera aux meilleurs produits de la région issus de la filière courte.

https://www.facebook.com/FrancosGourmandes

FrancosGourmandes4

Christophe Michalak, Parrain 

1 800 menus gastronomiques ont été servis lors des premières Francos gourmandes en 2012 et 40 producteurs étaient présents. Après Jean-François Piège, la « restauration nomade » a été confiée à Christophe Michalak. Parrain culinaire de la deuxième édition du festival musical et gastronomique de Tournus, le chef du Plaza Athénée et champion du monde de la pâtisserie en 2005, proposera des desserts à petits prix aux festivaliers ainsi qu’un plat « spécial Francos gourmandes » au sein de l’allée des Chefs.

Les Francos gourmandes, 7, 8 et 9 juin à Tournus (Saône-et-Loire).

Victor Hache

Publicités

Marie-Galante, mosaïque créole et magnifique « Terre de Blues »


TerredeBlues

Marie-Galante, envoyé spécial. 

En  14 ans d’existence, le festival de l’île de l’archipel de Guadeloupe est  devenu  un événement musical majeur de la Caraïbe francophone.  Lors de sa dernière édition, il a notamment accueilli Kassav’, Admiral T, Omar Pene, Damian Marley, Raul Paz, Guy Davis  où le big band de jazz créole Misikopéyi.

Marie-Galante est un bout du monde. Une île des Antilles françaises de l’archipel de Guadeloupe rendue célèbre par la chanson de Laurent Voulzy  où chaque année a la mi-mai se déroule Terre de Blues. Un blues très large comme en témoigne l’affiche du festival qui en 14 ans d’existence est devenu un événement majeur dans la Caraïbe francophone, permet à Marie-Galante de sortir de son isolement et de revivifier son économie locale grâce à la présence de près de 15 000 festivaliers. Dans une atmosphère bon enfant, le public s’y presse ainsi que les artistes qui aiment venir se produire dans cette Île verdoyante si authentique, encore préservée du tourisme de masse. 

Située à 7000km de Paris, la galette comme on l’appelle ici, a accueilli des musiciens du monde entier depuis la création de Terre de Blues en 2000 (Alpha Blondy, Johnny Clegg, Manu Dibango, Salif Keita ou Keziah Jones…). Une programmation très diversifiée cette année encore, qui a vu défiler le groupe  de zouk phare des Antilles, Kassav, l’artiste de reggae-dancehall  guadeloupéen Admiral T, le chanteur sénégalais Omar Pene, le groupe Chic et l’Américain Nile Rodgers, le cubain Raul Paz, Damian Marley, le fils du légendaire musicien jamaïcain, le bluesman américain Guy Davis ou les musiciens de jazz créole Mizikopéyi sur les deux scènes du festival au port de Grand-Bourg et à l’habitation Murat : «Pour nous, confie Harry Selbonne, directeur du festival, le blues, ce n’est pas simplement la musique des champs de coton du sud des Etats-Unis. Le  blues, c’est également la manière de manger, de marcher, de parler, de vivre. C’est pourquoi, nous avons voulu, dès l’origine, relier les trois Saint-Louis, du Sénégal, de Marie-Galante et du Mississippi». Parmi les concerts qui ont marqué le festival, il y a celui d’Admiral T. Le chanteur qui a grandi dans un quartier défavorisé de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe chantait pour la première fois à  Marie-Galante : « ici, c’est authentique, on se rapproche de la nature dit-il. Ma musique qui mélange les influences caribéennes, est une mosaïque créole. Un peu comme le blues. C’est pourquoi, j’ai totalement ma place dans le festival Terre de Blues. C’est comme le Gwoka (style musical traditionnel de Guadeloupe accompagné de percussions et de tambours appelés « ka »),  on ne peut pas chanter cette musique-là si ça ne vient pas des tripes ».

 A l’origine d’un genre musical qu’il définit comme l’«afro feeling music», le chanteur Sénégalais Omar Pene s’est déjà produit en Martinique et en Guadeloupe, mais jamais encore à Marie-Galante. Il aime le lien qui unit l’Afrique et les Antilles : «on a déjà joué dans les îles et à chaque fois, c’est comme si on était au Sénégal. Les Antillais viennent d’Afrique et ça se sent de par les couleurs, le comportement des gens. On arrive à communier, à établir un lien avec le public même s’il ne comprend pas les paroles de mes chansons qui sont en wolof. Cela prouve qu’il y a des racines. On ne se sent pas du tout dépaysé!»

Tony Chasseur, leader du big band de douze cuivres Mizikopéyi, aime mêler tradition créole et rythmiques jazz : « Nous faisons du jazz créole explique-t-il. Notre démarche vient des Etats-Unis et de la Nouvelle-Orléans de par la dimension big band de cuivres. Mais nous inscrivons cela dans la représentation de nos rythmes locaux en mêlant la biguine, la mazurka et le zouk ». Le chanteur martiniquais apprécie lui aussi la philosophie du festival Terre de Blues où se croisent reggae, zouk, musique traditionnelle antillaise, africaine, blues ou  jazz créole: « ce  festival représente un grand événement dans la région observe-t-il et la qualité de ce qu’il propose renforce cette impression. L’affiche fait preuve d’une grande diversité ».

Tony Chasseur est ravi d’avoir pu ainsi se produire dans cette Terre de Blues qu’est Marie-Galante : « Etant Martiniquais, cela me rappelle mon enfance. Aux Antilles, nous sommes un carrefour avec toutes ces influences qui viennent de l’Amérique du Nord, de l’Amérique du Sud,  et comme département français, je me souviens que nous recevions la variété, les yéyés… Cette diversité que je perçois dans ce festival fait partie de mon vécu d’enfant et d’adolescent antillais. J’en suis heureux ».

http://www.humanite.fr/culture/terre-de-blues-rencontre-avec-les-artistes-du-fest-541847

http://www.humanite.fr/culture/le-festival-terre-de-blues-se-deroule-jusqu-lundi-541841

  • Le festival Terre de Blues s’est déroulé du 17 au 20 mai à Marie-Galante sous le parrainage de Judith Symphorien, célèbre voix de Radio Caraïbe Internationale

<

Site festival Terre de Blues: http://www.terredeblues.com/

Marie-Galante. Terre de Blues, festival incontournable de la Caraïbe francophone


HarrySelbonne2

Marie-Galante, envoyé spécial. 

Festival incontournable et événement musical majeur de la Caraïbe, Terre de Blues a accueilli sur trois jours près de 15 000 festivaliers à  Marie-Galante. Pour sa 14ème édition qui s’est déroulée à la mi-mai, ses organisateurs avait imaginé une riche programmation artistique avec notamment la présence de  Kassav, Damian Marley, Admiral T, Raul Paz ou Omar Pene. Rencontre avec le directeur du festival, Harry Selbonne, président de la Communauté des communes de Marie-Galante.

Comment est né le festival Terre de Blues ?

Harry Selbonne : On a voulu créer cet événement culturel parce qu’on s’est rendu compte que Marie-Galante souffrait d’un déficit en terme d’image. A l’époque, on ne parlait pas de l’île, il n’y avait pas d’office de tourisme, il y avait juste quelques restaurants. Donc, on a commencé à travailler un projet culturel qui soit d’envergure. Nous voulions restaurer l’image de Marie-Galante, mais aussi créer une animation touristique et économique de manière à  irriguer tout le territoire. Un jour, deux « fous » ont débarqué Pierre-Edouard Decimus (co-fondateur du groupe Kassav) et Eddy Compère qui en 2000 m’ont proposé un concept « créole blues ». C’est parti comme ça.  Le festival Terre de Blues est un temps fort social qui permet de vérifier le légendaire accueil de la terre marie-galantaise. Et c’est sans conteste une manifestation musicale où se produisent des artistes de renommées internationales et un événement économique très important.
Terredeblues3

Quel est l’impact du festival sur l’économie de l’île ?
Harry Selbonne : Le festival a un budget de 600 000 euros, dont trois cent mille euros restent dans l’économie marie-galantaise, ce qui n’est pas rien. Toutes les structures hôtelières sont remplies à cette occasion, l’hébergement, la restauration…tout cela représente un temps fort économique. Marie-Galante compte environ 11600 habitants. Au moment du festival, elle double sa population, automatiquement, ça a des répercussions sur les restaurateurs, les hébergeurs, sur le petit commerce…

L’appellation «Terre de Blues» couvre un champ très large…

Harry Selbonne : Pour nous, le blues, ce n’est pas simplement la musique des champs de coton du sud des Etats-Unis. Le  blues, c’est également la manière de manger, de marcher, de parler, de vivre. C’est pourquoi, nous avons voulu, dès l’origine, relier les trois Saint-Louis, du Sénégal, de Marie-Galante et du Mississippi. Nous réalisons ainsi la boucle. Nous estimons qu’il y a du blues sur tous les territoires où l’esclavage a existé. Ce qui explique que dans chacune de nos programmations, on trouve des artistes africains, guadeloupéens, martiniquais mais aussi des artistes de la Caraïbe anglophone, la Jamaïque ou hispanophone, Cuba et il y a toujours un bluesman, des Etats-Unis par exemple. C’est cela que nous voulons mettre en avant car Marie-Galante est une terre de plantations de cannes, une terre de souffrance, une terre où il y a eu l’esclavage. La musique, c’est la liberté et quand nous programmons des spectacles à l’habitation Murat, où il  y a eu des esclaves qui sont sué sang et eau, je crois  que c’est un pied de nez à l’histoire. Ainsi, je me souviens que , quand Johnny Clegg le zoulou blanc d’un pays où l’apartheid existait, est venu chanter à l’habitation Murat, cela a été un moment extraordinaire.

Parlez-nous du thème du festival « apprentissage et transmission culturelle »…

Harry Selbonne : Ce qui est important pour nous, c’est de pouvoir transmettre, d’apprendre et de faire en sorte qu’il y ait une appropriation de l’événement. C’est pourquoi nous avons  voulu démarrer par le festival des enfants « El Rancho ». Nous avons  une convention avec l’Education nationale, où dans le cadre du projet d’établissement, les élèves de  CE2 et  CM2 de Marie-Galante ont ainsi préparé des chansons, de la danse etc… Il y a aussi Fanswa Ladrezeau, joueur de Ka (percussion guadeloupéenne) très réputé qui intervient dans le cadre d’un master class de ka, dans les écoles de Marie-Galante dans les villes de Grand-bourg et de  Capesterre.  A travers ces actions, cet aspect d’apprentissage et de transmission est fondamental pour nous nous car il s’agit de faire en sorte qu’on n’oublie pas notre culture, nos origines, notre patrimoine. C’est une manière de se replonger vers nos racines et ça aussi c’est du blues.

Entretien réalisé par Victor Hache

La 14ème édition du festival Terre de Blues a eu lieu du  17 au 20 mai  à Marie-Galante sous le parrainage de Judith Symphorien, célèbre voix de Radio Caraïbe Internationale.

Terre de Blues, rencontre avec les artistes du festival

Marie-Galante, envoyé spécial.
Parmi les artistes et personnalités présentes à Terre de Blues, nous avons rencontré Jacob Desvarieux et Jocelyne Beroard du groupe Kassav’, le chanteur et musicien cubain Raul Paz, ainsi que la marraine de l’édition 2013, Judith Symphorien, célèbre voix de Radio Caraïbe Internationale. Ils nous disent pourquoi ils aiment le festival de Marie-Galante.

jacob
-Jacob Desvarieux (co-fondateur du groupe Kassav’)

« Mon père est originaire de Marie-Galante et ma mère est de Saint-François en Guadeloupe. On vient jouer à la maison en fait ! (rires). C’est la première fois que Kassav’ se produit à Marie-Galante. Mais personnellement, je m’étais déjà produit au festival puisque que c’est Pierre-Edouard Decimus, le créateur même de Kassav’ qui a monté le festival la première année. J’y étais venu et avec d’autres musiciens, on jouait du blues. Un blues, non pas des champs de coton, mais celui des champs de cannes ! Marie-Galante est une île authentique avec des valeurs et une vraie qualité de vie. Kassav’ à Terre de Blues, on est un peu les régionaux de l’étape puisqu’il y a plein de groupes qui viennent jouer du monde entier et nous, on est du coin. On a un public qui connait les paroles de toutes les chansons. C’est grâce à eux qu’on est là. Ils nous soutiennent depuis le départ. Il y a beaucoup de gens qui sont là venus de la Guadeloupe en face. Il y a des rotations de bateaux supplémentaires pour acheminer les gens. Marie-Galante va pencher un petit peu le temps du festival ! »

Jocelyne2
-Jocelyne Beroard (chanteuse du groupe Kassav’)

« Toutes nos Îles de Caraïbes sont des terres de blues en fait. On dit toujours que la musique est l’expression de l’âme des compositeurs. De ce point de vue, je pense que la musique de Kassav’ est quelque part médicinale. Souvent, on nous met dans une catégorie de musique à danser, de fête, dans quelque chose de complètement léger. Chez nous, nous avons l’habitude de la dérision et de ne pas nous prendre au sérieux. Lorsqu’on a un problème, on commence par en rire pour pouvoir faire face. La musique sert à cela aussi je crois. C’est un regain d’énergie qui aide à surmonter les difficultés. Le zouk, ça soigne ! (rires). C’est une musique qui permet de ne pas ressasser tous les problèmes qu’on a, de les oublier un peu et peut-être justement d’avoir plus d’énergie ensuite. »

RaulPazRaul Paz (chanteur-musicien cubain)

« C’est la première fois que je joue à Marie-Galante, la première fois aussi que je viens en Guadeloupe. Je suis un caribéen convaincu qu’il faut s’unifier, être ensemble, jouer et partager des choses. Nous sommes de vrais cousins, même si nous ne sommes pas toujours en contact malheureusement. Les îles de la Caraïbes sont des pays petits pays avec des langues différentes, des habitudes différentes, mais au fond, nous avons beaucoup de choses en commun. Nous avons une culture commune. Je crois qu’il n’y pas un endroit au monde qui a eu autant d’influence sur la musique internationale que la Caraïbe. Elle est le vivier d’énormément de musiques qui sont devenus des genres musicaux mythiques. Un festival comme Terre de Blues à Marie-Galante, c’est un peu le centre de la Caraïbe. Pour moi, c’est quelque chose qui a énormément d’importance. »

juidith2

Judith Symphorien (animatrice de Radio Caraïbe Internationale (RCI), marraine de Terre de Blues 2013)

-« J’ai dit tout de suite oui lorsqu’on m’a proposé d’être la marraine du festival. Pour moi, c’est une sorte de reconnaissance du travail que j’accomplie depuis une trentaine d’années au sein de la radio RCI. J’ai une image assez forte auprès de la population, je me devais forcément d’accepter. Je suis une enfant de Marie-Galante. Pour moi, c’est un honneur de m’avoir désigné en tant que marraine.
J’aime l’ambiance du festival. Cette manifestation est un véritable poumon d’oxygène pour l’économie marie-galantaise, même si cela ne dure que sur quelques jours. On sent que les gens sont bien. Les concerts sont d’une qualité exceptionnelle. C’est cette magie qui s’exalte de ce festival qui me ravie. Ce n’est que du bonheur de voir que Terre de Blues se développe au fil des années. Je serai à tous les concerts sans exception. J’ai un coup de cœur particulier pour Kassav’ car lorsque j’ai commencé ma carrière radiophonique, le groupe commençait également. J’ai beaucoup passé la musique de Kassav’ et dans une moindre mesure, j’ai dû contribuer aussi à leur succès (rires). Mais, je suis fan de tous les artistes qui sont présents, le groupe Chic, Damian Marley, Admiral T… C’est une très belle programmation ! »

Propos recueillis par Victor Hache

Succès du Printemps de Bourges


La 37e édition du festival qui s’est achevée dimanche, où se sont produits plus de 140 artistes, a enregistré une hausse de fréquentation. Et devrait être légèrement « bénéficiaire ».


bourgesbilan1

Bourges (Cher), 
 envoyé spécial. Le Printemps de Bourges s’est achevé, dimanche, par une fréquentation en hausse avec 53 700 spectateurs payants contre 50 700 l’an dernier. Le festival a ainsi connu une fréquentation globale de 210 000 spectateurs sur l’ensemble du site. Si l’on compare le budget des dépenses (5,95 millions) et celui des recettes (5,98 millions), l’événement devrait être légèrement « bénéficiaire » selon Daniel Colling, le patron du Printemps. « On retombe sur nos pieds sur le plan financier parce qu’on a fait un budget tenant compte de la crise », a-t-il souligné.

Bourgesbilan2

Le Printemps a présenté 140 artistes dans les salles payantes et 90 qui se sont produits sur les scènes extérieures gratuites. En termes de taux de remplissage (82 %), les organisateurs sont satisfaits. On note quelques déceptions cependant, comme le spectacle de C2C qui n’a pas attiré autant de spectateurs qu’espéré. On s’attendait également à plus de monde pour l’affiche Benjamin Biolay-Mika au W jeudi, ainsi que pour la soirée reggae de vendredi où se produisait notamment Alpha Blondy.

Bourgesbilan3

À l’inverse, les spectacles de Woodkid et de La Rue Ketanou au palais d’Auron ont connu une forte affluence, tout comme la Rock’n’beat, qui a enregistré 10 000 personnes, ou le concert de Sexion d’Assaut d’hier avec 9 000 spectateurs. Côté changement, Christophe Davy, le directeur artistique de l’événement, a confirmé son départ après quatorze ans de collaboration. Arrivé en 1999, il estime aujourd’hui que le Printemps doit évoluer. « C’est bien de laisser la place, a-t-il précisé, d’ouvrir la fenêtre pour qu’il y ait de l’air qui arrive. »

Bourgesnbilan4

La très belle prestation de Patti Smith à la cathédrale aura marqué le festival ainsi que la création réunissant Barbara Carlotti, Youssoupha et Rover autour de l’Ensemble Echoes du violoncelliste Gaspar Claus au Théâtre Jacques-Cœur.

Bourgesbilan5

Enfin, le prix des inouïs, scène de découvertes du Printemps, a été attribué au collectif parisien Fauve, tandis que le rappeur de Perpignan Nemir et le groupe Archipel ont reçu le prix du jury, présidé par Orelsan.