Une vie de château pendant trois jours au festival Beauregard


Beauregard20141
beauregard20142

Beauregard20143

Stromae, Pixies, Portishead, Paul Weller, Damon Albarn, Fauve ou Vanessa Paradis sont attendus au parc Beauregard près de Caen. Un festival dont la programmation pop-rock et chanson attire un large public comme l’expliquent ses dirigeants, Paul Langeois et Claire Lesaulnier.

Les intermittents du spectacle 
observent une journée de grève 
ce vendredi. Pensez-vous 
que tous les concerts de Beauregard auront lieu ?

Paul Langeois Avec les intermittents de Basse-Normandie, 
on organise des actions communes 
de sensibilisation du public. On fait les choses ensemble. On va mettre une bâche à l’entrée, ils ont un stand… Il n’y a pas de préavis de grève, ni de blocage. On n’est donc pas inquiet en ce qui concerne le déroulement du festival.

En six ans, vous avez réussi à faire 
de Beauregard un festival apprécié autant par le public que par les artistes qui aiment s’y produire. À quoi attribuez-vous ce succès ?

Claire Lesaulnier Il y a déjà le cadre magnifique du parc de Beauregard avec son château. Le fait aussi qu’on a tenté dès le début de se démarquer et de taper fort artistiquement, ce qui a permis d’avoir un écho régional et national rapidement. On a voulu se distinguer par une programmation à dominante anglo-saxonne éloignée d’une programmation du type « Zénith variété », même si on mélange des choses. Et il y a le confort qu’on offre aux festivaliers. Le festival est perçu comme un événement où il fait bon vivre, qui donne envie aux gens de revenir.

Beauregard20145

Artistiquement, qu’est-ce qui fait votre différence ?

Paul Langeois Dans une agglomération comme Caen, on a deux salles de musiques actuelles, un Zénith, mais on a toujours eu du mal à attirer les tournées d’artistes comme on peut avoir cette année à Beauregard, avec Portishead ou Pixies. Amener ces artistes dans la région, grâce au festival, est vécu comme quelque chose de fort. On n’est pas super pointu comme peuvent l’être des festivals comme la Route du Rock, à Saint-Malo, ou les Transmusicales, à Rennes, ce qui ne nous empêche pas de programmer des artistes comme Breton, Damon Albarn ou Paul Weller, qui se produira à l’occasion d’une date unique en France, mais on a aussi des artistes comme Vanessa Paradis, Stromae, ou précédemment Olivia Ruiz et Jean-Louis Aubert. On mélange tout cela et la mayonnaise prend plutôt bien ! (rires).

beauregard20146
L’économie du festival reste fragile. À quelles difficultés êtes-vous confrontés ?

Claire Lesaulnier On a un budget de 3 millions d’euros. Beauregard est autofinancé à 94 % et on n’a pas encore réussi à avoir un fonds de roulement. L’économie du festival est toujours précaire. Notre première ressource est la billetterie et on a développé les partenariats privés. À chaque édition, c’est un pari et si on est autour du seuil de rentabilité, nous ne sommes pas encore parvenus à constituer un petit matelas de sécurité.

Paul Langeois Quand on voit qu’un festival comme Garorock a été obligé d’annuler une journée à cause d’une alerte météo de vigilance orange, cela montre qu’on est dépendant de plein de choses, la fréquentation du public, la météo. Les festivals sont fragiles. Cette année, on est plutôt optimiste, avec l’ajout d’un quatrième jour et le concert de Stromae qui est complet, et les trois autres jours qui fonctionnent très bien en termes de billetterie. On pense qu’on va faire notre meilleur score, mais si lors d’une édition, on n’arrivait pas à équilibrer, ce serait une catastrophe. L’idéal serait d’avoir 300 000 euros de côté qui nous permettraient de faire face en cas de coup dur.

Beauregard20144

Dans ces conditions, comment fait-on pour se renouveler et prendre des risques en matière artistique ?

Paul Langeois On essaie en permanence de se renouveler. Ainsi on est très fier d’accueillir la création de Serge Teyssot-Gay, qui va présenter en avant-première son projet Zone Libre Extended. Ce groupe est en train de naître avec un album à paraître en fin d’année. Que Beauregard soit à l’initiative de cela, c’est génial. Ce sont des paris comme ceux-là qu’on a envie de prendre et ne pas faire tout le temps la même chose.

Claire Lesaulnier Être audacieux, c’est le moteur. Quand on fait la programmation, on réfléchit à un choix artistique. On essaie d’avoir plusieurs têtes d’affiche dans un souci de richesse de courants musicaux. Une affiche qui reflète l’esprit de Beauregard en étant là où on ne nous attend pas.

À plusieurs têtes d’affiche et découvertes au programme
Vendredi : Blondie, Shaka Ponk, London Grammar, IAM, Cats on Trees, Midlake, Kavinsky, MmMmM…
Samedi : Portishead, Gesaffelstein, Vanessa Paradis, Paul Weller, Fauve, Foster the People, Angus & Julia Stone, Zone Libre Extended, Samba de la Muerte, Portier Dean…
Dimanche : Pixies, Damon Albarn, Agnes Obel, John Butler Trio, Yodelice, Breton, Be Quiet…

A Hérouville-Saint-Clair/Caen jusqu’au 6 juillet.
http://www.festivalbeauregard.com/

Publicités

Stromae triomphe aux Victoires de la musique avec Vanessa Paradis, sur fond de lutte des intermittents du spectacle


Stromae2
Stromae

Vanessa

Lors de la 29ème édition des Victoires de la musique vendredi au Zénith, le chanteur belge a été sacré artiste masculin de l’année et la chanteuse meilleure artiste féminine. Virginie Guilhaume la présentatrice a fait écho à la lutte des intermittents en lisant un message au nom de toute la profession qui demande au «gouvernement de ne pas casser la création artistique et culturelle» et appelle à une manifestation le 27 février pour «dénoncer le coup de force du Medef» contre leur régime spécifique d’assurance-chômage.

Plus de trois heures de cérémonie! La soirée des Victoires de la musique (à revoir ici) a été, comme d’habitude, d’une longueur interminable. La 29ème édition des Victoires qui se sont déroulées vendredi soir au Zénith, retransmise en direct sur France 2, n’a offert aucun suspense. Sans surprise, Stromae  nommé dans six catégories, a été le champion de la soirée avec trois trophées, le chanteur belge ayant remporté la Victoire de l’artiste masculin, celle du meilleur album de chanson (Racine Carrée vendu à plus d’1,5 million d’exemplaires) celle du vidéo-clip pour «Formidable».

A lire: Stromae, le coup de maître d »un chanteur « Formidable »

Un peu éclipsée par le triomphe de Stromae, Vanessa Paradis a été couronnée de la Victoire de l’artiste féminine de l’année, pour la troisième fois de sa carrière. Les organisateurs des Victoires avaient voulu mêler artistes populaires et découvertes. Côté prestation live, on a vu se produire Christophe Maé, Zaz, repartis bredouilles ainsi qu’Etienne Daho à l’origine d’une interprétation très émouvante de La Peau dure extraite de son dernier album Les chansons de l’Innocence retrouvée.


Un hommage a également été rendu  à un autre chanteur belge, Salvatore Adamo à qui a été remis une Victoire d’Honneur pour ses cinquante ans de carrière. L’occasion de réentendre l’un de ses grands classiques Laisse mes mains sur tes hanches en duo avec Julien Doré, lequel a été l’un des rares à réveiller les Victoires grâce à  son interprétation du dansant Paris-Seychelles tiré de son dernier album «Love».

Pour les jeunes talents, il a fallu attendre la  deuxième partie de soirée. Le groupe La Femme a remporté la Victoire de l’album révélation,Woodkid celle de l’album révélation scène, Kavinsky, l’album de musiques électroniques et 1995, l’album de musiques urbaines.

Tandis que le trompettiste d’origine  libanaise Ibrahim Maalouf a logiquement été couronné du meilleur album de musiques du monde (Illusions)


.

Côté performance, on retiendra la prestation très classieuse de la chanteuse Christine and the Queens, qui a scotché le public en interprétant un titre de son EP Nuit 17 à 52. Joli prélude à la sortie du premier album de l’artiste nantaise prévu au printemps chez Because music.

L’appel des intermittents

Enfin parmi les moments forts, les Victoires ont mis en lumière la lutte des intermittents du spectacle. La présentatrice de l’émission, Virginie Guilhaume a ainsi rappelé qu’ils étaient 400 à rendre la soirée possible. A travers la lecture d’un message, elle s’est fait la porte-parole de la profession, dénonçant «l’attaque sans précédent» menée contre les intermittents par le Medef, qui la veille a proposé de supprimer leur régime spécifique d’indemnisation d’assurance chômage. L’animatrice a parlé au nom de «tous» les intermittents «puisqu’on l’est tous ici» a-t-elle lancé : «Aujourd’hui, bon nombre d’entre nous peinent à vivre de leur art et de leur métier. Et c’est parce que nous avons des droits sociaux que chaque jour, sur tous les territoires, nous pouvons rencontrer tous les publics, dans toutes les salles de spectacle, des plus petites aux plus grandes. Que serait demain une société sans artistes, sans techniciens, sans musique, sans théâtre, sans cinéma (…) Le gouvernement ne peut pas laisser casser la création artistique et culturelle. Aidez-nous à donner un avenir à l’art et à la création».
VirginieGuilhaume

Et l’animatrice d’ajouter : «Sachez que le 27 février prochain, nous manifesterons tous ensemble contre ce coup de force».  Rendez-vous est pris!

  • A lire aussi:

Lundi 17 février à Paris: assemblée générale unitaire des intermittents

Ils ont marché pour la culture à Paris, Nantes, Marseille, Lille…

 

Albin de la Simone aquarelliste de la chanson


AlbinSimone1
Et si on lâchait prise avec Albin de la Simone?

Il se définit lui-même comme un gars aux « Épaules » pas « bien carrées/pas bien gaulées/pas baraquées/pas balaises» chante-t-il dans son dernier album «Un homme» paru en février sur le label indépendant Tôt ou Tard http://www.totoutard.com/

On aura compris que le chanteur est un tendre et qu’il a d’autres qualités que de rouler les mécaniques. De la Simone a l’art et la manière de nous émouvoir grâce à ses chansons touchantes aux ambiances minimalistes. Il le prouve, une fois encore, avec le titre «Moi, Moi» dont le clip animé vient de sortir, délicatement interprété avec la chanteuse islandaise d’origine italienne Emiliana Torrini http://emilianatorrini.com/.
Un duo tout en douceur et une mélodie teintée de mélancolie, de cordes, sur le thème de nos travers égoïstes.

Souvent, les chansons d’Albin de la Simone parlent d’amour, de solitude, de nos espoirs et de nos doutes. Amateurs de shows spectaculaires, passez votre  chemin! Sur scène, il ne se passe pas grand-chose. Juste sa présence, lui aux claviers, en costume gris et chemise noire, un ou deux violoncelles et c’est tout.

Sa grande force réside dans la manière éminemment sensible de composer des mélodies aux arrangements subtils sur lesquelles il pose une voix douce et des mots aux contours faussement naïfs. Un registre aux nombreuses ballades qui parvient à charmer sans que l’on sache vraiment par quel mystère. Telle est la magie du petit monde d’Albin de la Simone qui poursuit son chemin en toute discrétion mais avec un vrai talent d’aquarelliste de la chanson. Alors, prêts à lâcher prise ?


Albin de la Simone en duo avec Vanessa Paradis dans la chanson « Adrienne »

 

Actuellement en tournée, Albin de la Simone se produira le 20 juillet dans les salons de l’Hôtel de Ville à Paris dans le cadre du festival Fnac Live http://www.fnaclive.com/,le 15 octobre à Nantes, le 22 novembre à la Cité de la musique et le 2 décembre au Théâtre de l’atelier à Paris.

 

images