Theo Lawrence aux racines du blues-soul


theolawence1

Theo Lawrence aux racines du blues par Victor Hache. Voix de crooner et registre très love qui va droit au cœur, le chanteur de 21 ans est en train de se faire un nom grâce à un univers élégant inspiré de la musique du South-East des États-Unis.

Et soudain est apparu Theo Lawrence. C’était au 22, la petite salle de découvertes du Printemps de Bourges, en 2016, où nous l’avons vu pour la première fois. Cheveux gominés et look country, sous les lumières tamisées de lampions asiatiques, le chanteur et son groupe The Hearts évoluaient au sein d’un univers musical très élégant teinté de blues-rock et de soul américaine pour lesquels il craque depuis son adolescence : « Ça a été un coup de foudre, confie-t-il. C’est quelque chose qui m’a touché directement. Je n’ai pas eu une éducation religieuse, mais dans le blues ou le gospel, on sent une ferveur, une simplicité et un feu sacré. La country, la soul, toutes ces musiques qui viennent du sud-est des États-Unis, on ressent de la sincérité dans l’interprétation, les chansons, les textes, les histoires qui sont racontées. » Depuis, il a enchaîné les concerts aux Francofolies, à Rock en Seine, sorti un EP Sticky Icky, en attendant bientôt un premier album très attendu.Mère danseuse contemporaine, père acteur, le chanteur aux origines franco-canadiennes a souvent passé ses vacances à Montréal pour y voir sa famille : « J’adore me promener dans les parcs de cette ville où les gens sont chaleureux. Tout le monde se tutoie, s’entraide. Il n’y a pas la schizophrénie comme à Paris. On prend le temps de faire les choses, de se parler. »
Né en France, Theo Lawrence a grandi dans la banlieue sud de Paris, à Gentilly, où il s’est très tôt passionné pour la musique : « Quand j’étais au collège, ce qui me plaisait, c’était le rock psychédélique des années 1960, Grateful Dead, Jefferson Airplane, Jimi Hendrix, Les Stones. Au lycée, c’est les White Stripes qui m’ont vraiment fichu une claque. Puis, vers mes 16-17 ans, je me suis moins intéressé au rock des années 1960 et actuel, pour me concentrer sur les racines de cette musique et j’ai développé une obsession pour le blues du delta du Mississippi, la country, le gospel. »À 21 ans, il possède une voix de crooner étonnante pour un chanteur aussi jeune : « Je n’ai jamais essayé de prendre une autre voix que celle que j’ai naturellement, sourit-il. Les premières chansons que j’ai aimé interpréter c’était Aretha Franklin parce qu’elles correspondaient à mon spectre vocal qui était plus aigu. Après, j’ai découvert Elvis Presley, Johnny Cash, Otis Redding qui m’a vraiment embarqué, Joe Tex qui me touche beaucoup. » D’où un registre très love chanté en anglais qui va droit au cœur, sans être pour autant dans l’imitation du style de ses aînés : « J’essaie toujours d’y mettre une dose de sincérité. L’une des règles du blues et de la soul, c’est que ça touche les gens. Le plus dur est de se détacher des références. Je pense que ça vient en s’amusant sur scène. » C’est là qu’il commence de plus en plus à s’imposer, à se faire un nom et à se construire un public friand comme lui de musiques vintage, alors que tout aujourd’hui n’est qu’électro, hip-hop ou pop-rock : « Ce n’est pas étonnant que les jeunes soient attirés par la soul et le blues dans la mesure où, grâce à Internet, on a accès à toutes les époques. »
À travers son répertoire, c’est toute la généalogie américaine qui se dessine, celle du South-East des États-Unis qui le fait rêver : « Le Mississippi, la Louisiane, le Tennessee, l’Arkansas aussi que j’aimerais bien visiter… » Enfin, il y a les projets à venir, l’album bien sûr qu’il a hâte de voir sortir et déjà des envies de collaborations artistiques qu’il imagine avec des musiciens américains tels Dan Auerbach, Matthew E. White ou Anderson Paak. Le début d’une carrière plus que prometteuse.Concerts le 5 mars au Mondial du tatouage à Paris, Grande Halle de la Villette.
Publicités

Johnny Hallyday à hauteur d’homme


Johnny1Le chanteur sort « De l’amour », son 50e album. Un disque blues-rock où se croisent ballades sentimentales et chansons émouvantes sur les migrants ou l’attentat contre Charlie Hebdo.

Johnny Hallyday n’est pas du genre à tourner en rond tel un fauve en cage. À 72 ans, il remet ça, habité par une énergie peu commune et une volonté intacte d’en découdre à chaque fois qu’il descend dans l’arène. Johnny reste ce gladiateur qui ne vit qu’au moment où il retrouve son public. Dans quelques jours, il se produira au nouveau Bercy avec comme toujours l’envie de tout donner. Un an après la sortie de Rester vivant, il revient avec De l’amour, son 50e album, réalisé avec la complicité de Maxim Nucci, alias Yodelice. Après le formidable accueil critique et public de Rester vivant, il aurait pu s’en tenir là et attendre sagement trois ans avant de sortir un nouveau disque. Mais le temps passe et il n’avait qu’une hâte, intégrer un nouveau registre à sa tournée qui le mènera jusqu’au printemps sur les routes de France.

Passionné, Johnny l’est et le restera pour longtemps encore. Au point de fasciner les auteurs d’aujourd’hui, qui se bousculent pour lui écrire des chansons à la mesure de son talent. Au casting de son nouvel opus, on retrouve ceux qui ont fait le succès de Rester vivant, Miossec, Pierre Jouishomme, Pierre-Dominique Burgaud, Jeanne Cherhal et deux nouveaux, Aurélie Saada du duo Brigitte (qui signe la très belle L’amour me fusille) et Vincent Delerm, qui a offert à Johnny Une vie à l’envers. Une chanson miroir sur le rapport aux fans avec pour décors Châtellerault et une Ford Escort au péage, « une voiture qui a priori ne fait pas rêver mais chantée par Johnny, ça devient une belle bagnole ! » sourit Bertrand Lamblot, directeur artistique du disque.

De fait, la magie opère de nouveau quand, sans artifice, sa voix nue vibre sur fond de riffs de guitare, d’harmonica, de percussions et de pedal steel : « L’idée était de travailler dans l’esprit du songwriting folk américain, comme l’ont fait des artistes tels Woody Guthrie, Bob Dylan, Neil Young ou Springsteen », confie Bertrand Lamblot. « On voulait quelque chose un peu à la Johnny Cash », a précisé le chanteur lors d’une récente conférence de presse de présentation du disque, à Paris. Un album blues, country et rock aux ambiances dépouillées qui ramènent à l’Amérique et à ses racines musicales. « Je suis arrivé à un âge où je fais les choses que j’ai envie de faire. La musique que j’aime, c’est le rockabilly, le blues. La variété, il y en a tellement d’autres qui le font bien. » Il n’y a pas mieux que lui pour les chansons sentimentales, en témoigne son émouvante interprétation de Tu es là, « une chanson à la Presley », souligne Johnny. Il y a aussi les sujets sociétaux comme Des raisons d’espérer, sur un homme sortant de prison qui trace sa route, une fois sa dette effacée. Quant au titre De l’amour, il met en scène un personnage qui a perdu son job. Un répertoire à hauteur d’homme qui fait écho à notre époque au travers de thèmes auxquels on ne s’attendait pas, comme les violences policières de Ferguson et la mort de Michael Brown en 2014, qui a bouleversé l’Amérique (Dans la peau de Mike Brown).

Johnny2

Une veine plus engagée où Johnny aborde des sujets renvoyant à l’actualité, comme le sort des migrants dans Valise ou cercueil. Enfin, il y a la bouleversante Un dimanche de janvier, écrite par Jeanne Cherhal en mémoire de la foule rassemblée à la suite de l’attentat contre Charlie Hebdo, ainsi qu’une chanson cachée, Voyageur clandestin, sur les travailleurs mexicains clandestins. Un registre original teinté de gravité qui ne plombe pas l’atmosphère pour autant, grâce à une interprétation juste et sensible. Du grand Johnny, qui parvient une fois encore à surprendre et à se réinventer après plus de cinquante ans de carrière.

Album De l’amour chez Warner.

https://www.facebook.com/jhofficiel

Marie-Galante, mosaïque créole et magnifique « Terre de Blues »


TerredeBlues

Marie-Galante, envoyé spécial. 

En  14 ans d’existence, le festival de l’île de l’archipel de Guadeloupe est  devenu  un événement musical majeur de la Caraïbe francophone.  Lors de sa dernière édition, il a notamment accueilli Kassav’, Admiral T, Omar Pene, Damian Marley, Raul Paz, Guy Davis  où le big band de jazz créole Misikopéyi.

Marie-Galante est un bout du monde. Une île des Antilles françaises de l’archipel de Guadeloupe rendue célèbre par la chanson de Laurent Voulzy  où chaque année a la mi-mai se déroule Terre de Blues. Un blues très large comme en témoigne l’affiche du festival qui en 14 ans d’existence est devenu un événement majeur dans la Caraïbe francophone, permet à Marie-Galante de sortir de son isolement et de revivifier son économie locale grâce à la présence de près de 15 000 festivaliers. Dans une atmosphère bon enfant, le public s’y presse ainsi que les artistes qui aiment venir se produire dans cette Île verdoyante si authentique, encore préservée du tourisme de masse. 

Située à 7000km de Paris, la galette comme on l’appelle ici, a accueilli des musiciens du monde entier depuis la création de Terre de Blues en 2000 (Alpha Blondy, Johnny Clegg, Manu Dibango, Salif Keita ou Keziah Jones…). Une programmation très diversifiée cette année encore, qui a vu défiler le groupe  de zouk phare des Antilles, Kassav, l’artiste de reggae-dancehall  guadeloupéen Admiral T, le chanteur sénégalais Omar Pene, le groupe Chic et l’Américain Nile Rodgers, le cubain Raul Paz, Damian Marley, le fils du légendaire musicien jamaïcain, le bluesman américain Guy Davis ou les musiciens de jazz créole Mizikopéyi sur les deux scènes du festival au port de Grand-Bourg et à l’habitation Murat : «Pour nous, confie Harry Selbonne, directeur du festival, le blues, ce n’est pas simplement la musique des champs de coton du sud des Etats-Unis. Le  blues, c’est également la manière de manger, de marcher, de parler, de vivre. C’est pourquoi, nous avons voulu, dès l’origine, relier les trois Saint-Louis, du Sénégal, de Marie-Galante et du Mississippi». Parmi les concerts qui ont marqué le festival, il y a celui d’Admiral T. Le chanteur qui a grandi dans un quartier défavorisé de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe chantait pour la première fois à  Marie-Galante : « ici, c’est authentique, on se rapproche de la nature dit-il. Ma musique qui mélange les influences caribéennes, est une mosaïque créole. Un peu comme le blues. C’est pourquoi, j’ai totalement ma place dans le festival Terre de Blues. C’est comme le Gwoka (style musical traditionnel de Guadeloupe accompagné de percussions et de tambours appelés « ka »),  on ne peut pas chanter cette musique-là si ça ne vient pas des tripes ».

 A l’origine d’un genre musical qu’il définit comme l’«afro feeling music», le chanteur Sénégalais Omar Pene s’est déjà produit en Martinique et en Guadeloupe, mais jamais encore à Marie-Galante. Il aime le lien qui unit l’Afrique et les Antilles : «on a déjà joué dans les îles et à chaque fois, c’est comme si on était au Sénégal. Les Antillais viennent d’Afrique et ça se sent de par les couleurs, le comportement des gens. On arrive à communier, à établir un lien avec le public même s’il ne comprend pas les paroles de mes chansons qui sont en wolof. Cela prouve qu’il y a des racines. On ne se sent pas du tout dépaysé!»

Tony Chasseur, leader du big band de douze cuivres Mizikopéyi, aime mêler tradition créole et rythmiques jazz : « Nous faisons du jazz créole explique-t-il. Notre démarche vient des Etats-Unis et de la Nouvelle-Orléans de par la dimension big band de cuivres. Mais nous inscrivons cela dans la représentation de nos rythmes locaux en mêlant la biguine, la mazurka et le zouk ». Le chanteur martiniquais apprécie lui aussi la philosophie du festival Terre de Blues où se croisent reggae, zouk, musique traditionnelle antillaise, africaine, blues ou  jazz créole: « ce  festival représente un grand événement dans la région observe-t-il et la qualité de ce qu’il propose renforce cette impression. L’affiche fait preuve d’une grande diversité ».

Tony Chasseur est ravi d’avoir pu ainsi se produire dans cette Terre de Blues qu’est Marie-Galante : « Etant Martiniquais, cela me rappelle mon enfance. Aux Antilles, nous sommes un carrefour avec toutes ces influences qui viennent de l’Amérique du Nord, de l’Amérique du Sud,  et comme département français, je me souviens que nous recevions la variété, les yéyés… Cette diversité que je perçois dans ce festival fait partie de mon vécu d’enfant et d’adolescent antillais. J’en suis heureux ».

http://www.humanite.fr/culture/terre-de-blues-rencontre-avec-les-artistes-du-fest-541847

http://www.humanite.fr/culture/le-festival-terre-de-blues-se-deroule-jusqu-lundi-541841

  • Le festival Terre de Blues s’est déroulé du 17 au 20 mai à Marie-Galante sous le parrainage de Judith Symphorien, célèbre voix de Radio Caraïbe Internationale

<

Site festival Terre de Blues: http://www.terredeblues.com/

Marie-Galante. Terre de Blues, festival incontournable de la Caraïbe francophone


HarrySelbonne2

Marie-Galante, envoyé spécial. 

Festival incontournable et événement musical majeur de la Caraïbe, Terre de Blues a accueilli sur trois jours près de 15 000 festivaliers à  Marie-Galante. Pour sa 14ème édition qui s’est déroulée à la mi-mai, ses organisateurs avait imaginé une riche programmation artistique avec notamment la présence de  Kassav, Damian Marley, Admiral T, Raul Paz ou Omar Pene. Rencontre avec le directeur du festival, Harry Selbonne, président de la Communauté des communes de Marie-Galante.

Comment est né le festival Terre de Blues ?

Harry Selbonne : On a voulu créer cet événement culturel parce qu’on s’est rendu compte que Marie-Galante souffrait d’un déficit en terme d’image. A l’époque, on ne parlait pas de l’île, il n’y avait pas d’office de tourisme, il y avait juste quelques restaurants. Donc, on a commencé à travailler un projet culturel qui soit d’envergure. Nous voulions restaurer l’image de Marie-Galante, mais aussi créer une animation touristique et économique de manière à  irriguer tout le territoire. Un jour, deux « fous » ont débarqué Pierre-Edouard Decimus (co-fondateur du groupe Kassav) et Eddy Compère qui en 2000 m’ont proposé un concept « créole blues ». C’est parti comme ça.  Le festival Terre de Blues est un temps fort social qui permet de vérifier le légendaire accueil de la terre marie-galantaise. Et c’est sans conteste une manifestation musicale où se produisent des artistes de renommées internationales et un événement économique très important.
Terredeblues3

Quel est l’impact du festival sur l’économie de l’île ?
Harry Selbonne : Le festival a un budget de 600 000 euros, dont trois cent mille euros restent dans l’économie marie-galantaise, ce qui n’est pas rien. Toutes les structures hôtelières sont remplies à cette occasion, l’hébergement, la restauration…tout cela représente un temps fort économique. Marie-Galante compte environ 11600 habitants. Au moment du festival, elle double sa population, automatiquement, ça a des répercussions sur les restaurateurs, les hébergeurs, sur le petit commerce…

L’appellation «Terre de Blues» couvre un champ très large…

Harry Selbonne : Pour nous, le blues, ce n’est pas simplement la musique des champs de coton du sud des Etats-Unis. Le  blues, c’est également la manière de manger, de marcher, de parler, de vivre. C’est pourquoi, nous avons voulu, dès l’origine, relier les trois Saint-Louis, du Sénégal, de Marie-Galante et du Mississippi. Nous réalisons ainsi la boucle. Nous estimons qu’il y a du blues sur tous les territoires où l’esclavage a existé. Ce qui explique que dans chacune de nos programmations, on trouve des artistes africains, guadeloupéens, martiniquais mais aussi des artistes de la Caraïbe anglophone, la Jamaïque ou hispanophone, Cuba et il y a toujours un bluesman, des Etats-Unis par exemple. C’est cela que nous voulons mettre en avant car Marie-Galante est une terre de plantations de cannes, une terre de souffrance, une terre où il y a eu l’esclavage. La musique, c’est la liberté et quand nous programmons des spectacles à l’habitation Murat, où il  y a eu des esclaves qui sont sué sang et eau, je crois  que c’est un pied de nez à l’histoire. Ainsi, je me souviens que , quand Johnny Clegg le zoulou blanc d’un pays où l’apartheid existait, est venu chanter à l’habitation Murat, cela a été un moment extraordinaire.

Parlez-nous du thème du festival « apprentissage et transmission culturelle »…

Harry Selbonne : Ce qui est important pour nous, c’est de pouvoir transmettre, d’apprendre et de faire en sorte qu’il y ait une appropriation de l’événement. C’est pourquoi nous avons  voulu démarrer par le festival des enfants « El Rancho ». Nous avons  une convention avec l’Education nationale, où dans le cadre du projet d’établissement, les élèves de  CE2 et  CM2 de Marie-Galante ont ainsi préparé des chansons, de la danse etc… Il y a aussi Fanswa Ladrezeau, joueur de Ka (percussion guadeloupéenne) très réputé qui intervient dans le cadre d’un master class de ka, dans les écoles de Marie-Galante dans les villes de Grand-bourg et de  Capesterre.  A travers ces actions, cet aspect d’apprentissage et de transmission est fondamental pour nous nous car il s’agit de faire en sorte qu’on n’oublie pas notre culture, nos origines, notre patrimoine. C’est une manière de se replonger vers nos racines et ça aussi c’est du blues.

Entretien réalisé par Victor Hache

La 14ème édition du festival Terre de Blues a eu lieu du  17 au 20 mai  à Marie-Galante sous le parrainage de Judith Symphorien, célèbre voix de Radio Caraïbe Internationale.

Terre de Blues, rencontre avec les artistes du festival

Marie-Galante, envoyé spécial.
Parmi les artistes et personnalités présentes à Terre de Blues, nous avons rencontré Jacob Desvarieux et Jocelyne Beroard du groupe Kassav’, le chanteur et musicien cubain Raul Paz, ainsi que la marraine de l’édition 2013, Judith Symphorien, célèbre voix de Radio Caraïbe Internationale. Ils nous disent pourquoi ils aiment le festival de Marie-Galante.

jacob
-Jacob Desvarieux (co-fondateur du groupe Kassav’)

« Mon père est originaire de Marie-Galante et ma mère est de Saint-François en Guadeloupe. On vient jouer à la maison en fait ! (rires). C’est la première fois que Kassav’ se produit à Marie-Galante. Mais personnellement, je m’étais déjà produit au festival puisque que c’est Pierre-Edouard Decimus, le créateur même de Kassav’ qui a monté le festival la première année. J’y étais venu et avec d’autres musiciens, on jouait du blues. Un blues, non pas des champs de coton, mais celui des champs de cannes ! Marie-Galante est une île authentique avec des valeurs et une vraie qualité de vie. Kassav’ à Terre de Blues, on est un peu les régionaux de l’étape puisqu’il y a plein de groupes qui viennent jouer du monde entier et nous, on est du coin. On a un public qui connait les paroles de toutes les chansons. C’est grâce à eux qu’on est là. Ils nous soutiennent depuis le départ. Il y a beaucoup de gens qui sont là venus de la Guadeloupe en face. Il y a des rotations de bateaux supplémentaires pour acheminer les gens. Marie-Galante va pencher un petit peu le temps du festival ! »

Jocelyne2
-Jocelyne Beroard (chanteuse du groupe Kassav’)

« Toutes nos Îles de Caraïbes sont des terres de blues en fait. On dit toujours que la musique est l’expression de l’âme des compositeurs. De ce point de vue, je pense que la musique de Kassav’ est quelque part médicinale. Souvent, on nous met dans une catégorie de musique à danser, de fête, dans quelque chose de complètement léger. Chez nous, nous avons l’habitude de la dérision et de ne pas nous prendre au sérieux. Lorsqu’on a un problème, on commence par en rire pour pouvoir faire face. La musique sert à cela aussi je crois. C’est un regain d’énergie qui aide à surmonter les difficultés. Le zouk, ça soigne ! (rires). C’est une musique qui permet de ne pas ressasser tous les problèmes qu’on a, de les oublier un peu et peut-être justement d’avoir plus d’énergie ensuite. »

RaulPazRaul Paz (chanteur-musicien cubain)

« C’est la première fois que je joue à Marie-Galante, la première fois aussi que je viens en Guadeloupe. Je suis un caribéen convaincu qu’il faut s’unifier, être ensemble, jouer et partager des choses. Nous sommes de vrais cousins, même si nous ne sommes pas toujours en contact malheureusement. Les îles de la Caraïbes sont des pays petits pays avec des langues différentes, des habitudes différentes, mais au fond, nous avons beaucoup de choses en commun. Nous avons une culture commune. Je crois qu’il n’y pas un endroit au monde qui a eu autant d’influence sur la musique internationale que la Caraïbe. Elle est le vivier d’énormément de musiques qui sont devenus des genres musicaux mythiques. Un festival comme Terre de Blues à Marie-Galante, c’est un peu le centre de la Caraïbe. Pour moi, c’est quelque chose qui a énormément d’importance. »

juidith2

Judith Symphorien (animatrice de Radio Caraïbe Internationale (RCI), marraine de Terre de Blues 2013)

-« J’ai dit tout de suite oui lorsqu’on m’a proposé d’être la marraine du festival. Pour moi, c’est une sorte de reconnaissance du travail que j’accomplie depuis une trentaine d’années au sein de la radio RCI. J’ai une image assez forte auprès de la population, je me devais forcément d’accepter. Je suis une enfant de Marie-Galante. Pour moi, c’est un honneur de m’avoir désigné en tant que marraine.
J’aime l’ambiance du festival. Cette manifestation est un véritable poumon d’oxygène pour l’économie marie-galantaise, même si cela ne dure que sur quelques jours. On sent que les gens sont bien. Les concerts sont d’une qualité exceptionnelle. C’est cette magie qui s’exalte de ce festival qui me ravie. Ce n’est que du bonheur de voir que Terre de Blues se développe au fil des années. Je serai à tous les concerts sans exception. J’ai un coup de cœur particulier pour Kassav’ car lorsque j’ai commencé ma carrière radiophonique, le groupe commençait également. J’ai beaucoup passé la musique de Kassav’ et dans une moindre mesure, j’ai dû contribuer aussi à leur succès (rires). Mais, je suis fan de tous les artistes qui sont présents, le groupe Chic, Damian Marley, Admiral T… C’est une très belle programmation ! »

Propos recueillis par Victor Hache